Bien sûr, comme d’habitude sur Plante Essentielle, on parle de pratico-pratique et de retour d’expérience. Ahah! Je vous vois déjà les cheveux dressés sur la tête, imaginant ma nouvelle apparence de “piercing-girl”. Avouez:

Eh oui, je me suis faite percée… les oreilles. Le lobe. Rien de bien extraordinaire me direz-vous, ce n’est pas l’endroit le plus sensible ou le plus à risque en terme d’infection. Et pourtant, ça fait plus de 20 ans que j’attends. Et j’ai pris ma décision l’année dernière. Un an pour passer de l’idée à l’action, disons qu’heureusement que je ne suis pas aussi lente sur mon entreprise, sinon on serait encore à la phase de lancement de ma toute première formation!

Pourquoi cette réticence me direz-vous? Eh bien je fais partie des malheureuses qui n’ont pas eu de chance les deux premières fois. Oui, oui deux fois les oreilles percées, deux fois une infection carabinée avec du pus vert qui sort des oreilles, la douleur, le truc moche, retour à la case départ. Mais cette fois, je me suis dit, c’est différent. Avec les huiles essentielles pour désinfecter le piercing, j’ai toutes les solutions en main pour que ça ne dégénère pas. Il faut dire qu’à l’époque on utilisait encore l’alcool à 90° dans la maison des grands-parents….

Cerise sur le gâteau, je suis tombée sur une pierceuse à fond sur les solutions naturelles et les huiles essentielles! Comme quoi….

Du coup, entre ce que je pratique sur mes oreilles depuis un mois et les conseils qu’elle m’a donné, j’ai de quoi vous faire un article qui sauve des vies d’oreilles maltraitées. Peut-être de quoi donner espoir aussi à ceux qui ont abandonné après une mauvaise expérience.

1- La qualité du perçage: faites appel au pro

Je ne le savais pas, il y a une grande différence à se faire percer les oreilles en bijouterie avec un pistolet et dans un salon de tatouage avec une aiguille. Déjà, le pistolet est interdit dans bon nombre de pays en raison des dégâts qu’il provoque sur les tissus. Il explose littéralement l’oreille. Ensuite, il a été suspecté de transmettre l’hépatite quand même avec des résidus de sang qui ne sont pas nettoyés correctement (le pistolet ne se démonte pas…). Dans mon souvenir, le bijoutier qui fait la manip’ n’a pas de gants, ne désinfecte pas ses mains, bref on est dans des conditions d’hygiène dignes d’un film d’horreur, alors avant de penser au soin APRES le perçage, mieux vaut penser aux conditions dans lesquelles le piercing est réalisé. J’ai été super étonnée (il faut dire, je n’avais jamais mis les pieds dans ce genre d’endroit, ça m’impressionnait… en mode je vais croiser des gros loubards avec des implants monstrueux ou quelque chose comme ça, je ne sais pas ce que j’avais en tête). En effet, tout est stérilisé, la personne porte des gants, les boucles en titanium sous blister stérile, le papier sur le fauteuil comme chez le dentiste. Et surtout, la compétence de la personne (c’est à Ste Luce pour ceux qui se demanderaient) qui m’explique que les nouveaux trous ne pourront pas être fait sur ceux des anciens, car ils ont été mal positionnés. Il paraît que ça joue aussi sur la réaction du corps après. En vrai, c’est un métier, à la limite de la chirurgie même si ils ne sont pas toubib!

Et le perçage à l’épingle, c’est franchement indolore par rapport au pistolet qui m’avait laissé un souvenir traumatique. A part le scrouinch, scrouinch qu’on entend qui est un peu flippant, ça ne pique pas plus qu’une épingle. En plus le trou est plus petit, c’est plus joli.

boucle-oreille-lobe-piercing

2- Comment désinfecter un piercing naturellement (et simplement!)

Entre temps, quelqu’un entre dans le salon et avec mon milliard de questions anxieuses, à ce stade, mes oreilles sont toujours intactes et elle me laisse là pour aller s’enquérir du problème. La jeune fille a les oreilles vertes! Tout s’est infecté autour du piercing- apparemment d’un métal de mauvaise qualité. Ca n’a pas l’air d’inquiéter la pro plus que ça, elle rassure en disant que c’est courant, elle récupère les clients qui se sont fait avoir à Fort-de-France par des offres à prix cassés. Elle va s’en occuper, elle est rassurante. Bon à moi. Je me liquéfie sur le fauteuil…

Zouh! Deux petits trous, le tour est joué. Je suis un peu hébétée: c’est tout? Pour désinfecter, je m’attends à ce qu’elle me dise d’acheter quelque chose, en fait non. Du savon. Oui, du savon style savon de Marseille, tous les jours sous la douche. Je vous rassure, ça ne change pas ma vie, j’avais déjà eu l’idée de laver mes oreilles avec le reste sous la douche. Et sinon, rincer une fois par jour avec du sérum physiologique. Bam, 3€ en parapharmacie. Elle m’explique (mais elle prêche une convaincue!) qu’il faut laisser au maximum le corps gérer, ne pas interférer, juste nettoyer, sans excès. Wouah! J’ai envie de dire merci, enfin du bon sens!

3- L’huile essentielle de Tea tree pour aider à la cicatrisation

Elle me conseille par la suite, au bout de 10 jours, de mettre une goutte de tea tree pour aider à la cicatrisation. Pour les lobes, normalement, il n’y a pas de nécessité, mais pour des piercings plus sensibles, elle a fait des tests sur elle et trouve que c’est le bon timing. Plus tôt, le tea tree a tendance à allonger le temps de la cicatrisation. C’est super intéressant, et je le partage ici si ça peut aider quelques personnes qui ont des projets de nombril, de langue ou d’autres cartilages. 

Ceci dit, j’ai choisi une approche différente, déjà en diluant l’huile essentielle de Tea tree à 50% et ensuite en ne l’appliquant pas directement sur le trou, mais autour de l’oreille, et ce dès le premier jour. Est-ce ça, ou le nettoyage ou l’hygiène du cabinet de tatouage, ou les trois? En tout cas, pour une fois zéro problème! Tout semble ok après un mois (et même une semaine après) malgré mes inquiétudes. J’attends encore jusqu’à 6 semaines pour les retirer et mettre d’autres boucles que les prothèses qu’il ne faut pas enlever avant cicatrisation complète (ni tourner contrairement à ce qu’on voit ici et là).

4- L’huile essentielle d’hélichryse italienne pour un hématome

Et j’ai aussi utilisé l’immortelle corse. Frileuse comme j’étais à l’idée de ce piercing, je me suis inquiétée en voyant une tâche noire derrière l’oreille après le perçage.

 

tache-noire-piercing

Après m’être assurée que ce n’était pas une croûte de sang séché, je suis repassée voir la pro. La secrétaire m’a gentiment accueillie, elle a nettoyé, elle a pris une photo, et m’a rassurée en me disant qu’il s’agissait d’un bleu. Ils ont l’habitude des angoissés en mon genre on dirait. Ca peut arriver car le lobe est maintenu avec force pendant qu’elle fait passer l’aiguille… J’ai donc appliqué l’huile essentielle des bleus et bosses, l’immortelle corse, et ça a commencé à s’estomper. Après, j’ai un peu oublié, puisque en vrai ce n’était ni visible, ni douloureux.

PS: j’ai eu très peu de saignements après le perçage, mais ça peut être plus abondant et couler, dans ce cas, on peut penser aux huiles essentielles hémostatiques style Géranium Bourbon, Ciste ladanifère par ex.

Conclusion, pour un piercing quel qu’il soit, faites appel à un professionnel qui est soumis à des obligations légales en terme d’hygiène et optez pour le naturel pour prendre soin de ces micro-traumas! N’hésitez pas à partager en commentaires si vous avez expérimenté d’autres HE sur vos piercings!

Recherches utilisées pour trouver cet article:piercing huile essentielle

    6 replies to "Piercing: quelles huiles essentielles utiliser?"

    • Maria

      Bonjour,

      L’argile montmorillonite peut être mise sur toute blessure, elle arrête le saignement.
      L’urine fraîche désinfecte et provoque une cicatrisation en 2 jours. C’est si efficace que si la plaie n’est pas bien nettoyée, les petits éléments peuvent être emprisonnés dans le tissu de cicatrisation ! Selon le docteur Jade Allegre.
      La lavande vraie est super efficace pour booster la fabrication de cellules et pour désinfecter.
      Bien à vous !

      • Cécile MAHE

        Merci pour ces astuces… surprenantes (pour l’urine), j’avoue que je ne me sens pas d’essayer

    • E.A.

      Perso, j’ai eu un souci de début d’infection sur un tatouage tout frais d’une semaine : la peau gonflait et devenait rouge par endroit. Passé un petit moment de panique, j’ai trouvé sur le net une recette à base d’he de lavande vraie, bois de rose et immortelle, à part égale, sur une huile végétale de macadamia. J’ai appliqué plusieurs fois par jour sur les zones qui commençaient à rougir et gonfler et ça s’est super bien résorbé, en quelques jours à peine ! J’ai du faire des retouches sur le tattoo après car l’encre était partie là où il y a eu de l’infection. Mais on ne voit plus aucune trace aujourd’hui, 9 mois après cicatrisation.

    • busin

      je vote contre le tea tree et pour la fée lavande. Bien sur, la “perceuse” a raison, le tea tree à un coté détersif (terpènes ?) qui a plutôt tendance à freiner la cicatrisation; donc pas judicieux juste après. Alors que de la lavande tu peux en mettre dés le lendemain. Encore mieux un lavandin super sera plus antiseptique tout en étant aussi cicatrisant et en limitant l’inflammation et les démangeaisons. Le tea tree est un bon antiseptique percutanée, mais à part ça, pas grand chose. Dés qu’il y a une petite blessure (coupure, piqure d’insecte, écorchures, brûlure…) mon réflexe c’est le lavandin ou le géranium aussi.

Leave a Reply to busin Cancel Reply

Your email address will not be published.