Comment fait-on pour se prémunir de tous les maux de l’hiver ? On se sent cerné par les microbes dès que le froid arrive, à la merci d’un rhume ou d’une grippe, persécuté par des collègues fiévreux et toussotant. C’est la période où on commence à regarder de travers ceux qui tendent une joue contaminée, juste avant de vous dire, « j’ai choppé une de ces crèves depuis hier… ». Non, le regard mauvais que vous lui lancez à ce moment là traduit à peine vos sentiments mêlés de peur, de trahison et de rancune vis à vis de votre potentiel « contaminateur ».

CONTAGION !!! Hurle notre cerveau toujours prompt à voir le mal partout et à paniquer pour un malheureux bisous bien baveux. De bien grand mot pour des petits virus de rien du tout !

Plutôt que d’accuser les autres, de se méfier, de scruter derrière son cache-nez les éventuels premiers symptômes des voisins de palier…. c’est chez soit qu’il faudrait commencer à regarder. Oui, vous, cher lecteur qui lisez cet article. Car notre corps est confronté tous les jours à un tas de microbes, de bactéries et autres réjouissances : ce n’est pas pour autant que l’on tombe malade, et heureusement, car on passerait notre temps à ça ! Lorsqu’on tombe malade, c’est que notre système immunitaire n’a pas pu ou su lutter comme il fallait. Il faut dire qu’en hiver, les conditions sont rudes et on ne l’aide pas :

Notre corps est affaiblit par le froid, qui peut générer des problèmes de circulation sanguine et fragilise nos voies respiratoires, le manque de lumière, de soleil qui peut même entraîner des déprimes saisonnières ; le manque d’UV lui entraîne une moindre destruction des germes. On vit davantage confiné, enfermés en intérieur pour se protéger des températures avec donc davantage de polluants et de risque de contamination.

A croire que tout est fait en hiver pour que ce soit la fête des microbes !

Que faire face à cette conjonction très défavorable ? Est-on obligé de subir, en mode calimero (Pourquoiiii moi?) ou… peut-on agir pour faire barrière aux envahisseurs ?

Moi je dis… action !!!

Aujourd’hui, je me concentre sur la prévention. Nous avons avec les huiles essentielles plusieurs techniques à notre disposition qui nous permettent de limiter les risques de tomber malade. Mieux vaut prévenir que guérir comme on dit. Je vais vous donner aujourd’hui 3 astuces. Elles peuvent être combinées.

1- La diffusion des HE : assainir les pièces, limiter la contagion

Evidemment, la diffusion des huiles essentielles ne dispense pas des règles d’hygiène élémentaire : se laver les mains, protéger sa bouche quand on tousse, ne pas passer ses couverts à son voisin de table, etc.

Ceci dit, la diffusion va nous permettre de nous débarrasser de la plupart des virus et bactéries en vadrouille dans la maison comme au bureau. Pour cette opération, vous pouvez soit être dans la pièce pour profiter de la diffusion, soit le faire pendant que vous n’y êtes pas, car ces HE ne sont pas pour vous mais pour les microbes qui se baladeraient dans le coin.

Les huiles essentielles à diffuser ? Des antiseptiques aériennes comme les huiles essentielles riches en monoterpènes que l’on va notamment trouver dans la famille des agrumes zeste et des conifères. On pourrait également penser au célèbre Ravintsara, ou à l’Eucalyptus radié. Je sais que si je n’en parle pas à ce stade, vous allez être déçu ! Oui, elles aussi sont d’excellentes antibactériennes, mais elles ont la mauvaise habitude d’assécher les voies respiratoires, donc si on est dans la pièce, ça peut être désagréable (sauf si on a une bonne bronchite et qu’on veut effectivement assécher des voies respiratoires bien trop encombrées bien sûr!)

Petit rappel pratique des durées de diffusion :

  • Adultes : cycles de 20 minutes
  • Enfants à partir de 6-8 ans : cycles de 10 minutes
  • Bébés et personnes asthmatiques : en dehors de la présence dans la pièce

Ma formule « souffle frais »

(mais laissez vous guider par vos envies et ce que vous avez comme huile essentielle!)

  • Lavande fine 2 gouttes
  • Mélèze 3 gouttes
  • Sapin géant 3 gouttes
  • Eucalyptus radié 2 gouttes

Astuce en  : dans les transports en commun, prévoyez un gel antiseptique pour éviter la contagion et une olfaction au flacon ou un stick inhalateur avec les mêmes HE que celles proposées pour la diffusion

2- Lutter contre la fatigue : à fond la forme

Avec les journées plus courtes, le manque de luminosité et d’éventuelles carences qui en découlent, la déprime saisonnière peut pointer discrètement le bout de son nez, un peu comme une voleuse à votre insu qui va vous piquer votre énergie avant même que vous l’ayez identifiée.

C’est normal d’être plus fatigué au changement de saison. Le problème, c’est que le corps fatigué, davantage stressé va solliciter dans un premier temps les glandes surrénales, déprimer le système immunitaire, avant de manquer de ressources et de cortisone.

L’idéal est de prendre soin de soi à cette période avec indulgence, bienveillance pour le corps qui s’adapte. Mais nos vies surchargées ne nous le permettent pas toujours, la course ne ralentissant pas à mesure que le froid s’étend !

Donc prévoyez 5 petites minutes le matin pour un massage dynamisant, stimulant au milieu du dos, en friction, là où vos poings arrivent, avec des huiles essentielles cortison-like (contiennent des alpha-pinènes) :

  • Epinette noire
  • Pin sylvestre
  • Pin laricio
  • Mélèze
  • Sapin pectiné
  • Sapin géant
  • Etc…

Tiens, tiens, vous avez remarqué ? Ce sont les mêmes HE que celles à diffuser : je vous le dis, c’est tellement bien fait la nature !

On pensera à se préparer une huile de massage au préalable pour qu’elles soient diluées. Vous pouvez, pour le parfum et d’autres propriétés intéressantes y adjoindre une huile essentielle riche en monoterpénol comme un géranium rosat, une lavande fine, un thym à linalol par exemple. Elle adoucira en plus le mélange pour la peau.

Ma formule « Matin difficile »

  • 8 gouttes d’Epinette noire
  • 8 gouttes de Pin laricio
  • 4 gouttes de Ravintsara
  • 10 ml d’huile végétale de sésame (réchauffante)

4-5 gouttes en massage le matin au niveau des surrénales et….

Astuce en plus : le stress, c’est aussi dans l’alimentation et ce n’est pas pour rien que l’on trouve dès l’automne des fruits secs sur les étals et que les agrumes arrivent à noël. La saisonnalité a du bon et notre corps réclame ces aliments, pensez-y ! Noix et clémentines pour tout le monde !

3- Raviver la mémoire immunitaire : des défenses au taquet !

Comme la vie est bien faite, les HE qui stimulent nos défenses immunitaires et vont nous aider à faire face sont également des HE anti-infectieuses : coup double ! C’est dans ces moments là qu’on les regarde avec amour nos petits flacons d’huiles essentielles !

On pense évidemment au classique Ravintsara. Je vous demanderai de garder l’application d’une goutte pure sur les poignets pour les cas d’urgence, quand les premiers symptomes apparaissent, sinon, on peut l’utiliser différemment en prévention : dilué dans de l’huile végétale. Ca vous évitera d’aller grossir les rangs de toutes les personnes devenues allergiques à cause d’une mauvaise utilisation répétée, prolongée.

Dilution à 50% max (1 gouttes d’HE pour une goutte d’huile végétale) d’une huile essentielle suivante ou d’un mélange :

  • Tea tree
  • Thym saturéoïde
  • Saro
  • Ravintsara
  • Niaouli

Astuce en plus : mettez votre mélange dans un petit roll-on (bille) qui vous permettra de l’appliquer facilement au cours de la journée, sur les poignets, sans vous en mettre partout et en toute discrétion !

Alors? Décidé à ne pas tomber malade cette année?

Recherches utilisées pour trouver cet article:prention par les he, he ravintsara surrénales, huile essentielle en friction préventive, prevention hiver avec huile essentielle, synergie pin laricio ravintsara

    18 replies to "Hiver : huiles essentielles, mode d’emploi (prévention)"

    • Marie-Josée Robinson

      Voici pour ma préparation rhume ( prévention) 10 ml à 15 %: Contact direct de contagion toute la journée.
      eucalyptus radié ou ravintsara
      thym à thuyanol
      tea tree ou épinette noire
      hv d’abricot

      Sur le cou, poignet et ou plexus.

      Pour de l’énergie j’applique matin et midi ce remède, dans le bas du dos, surrénales
      menthe poivrée, citron zest, sarriette des montagnes, sapin baumier et pin sylvestre avec hv amande douce.
      Cela fonctionne sur moi!

    • Fakhry Fifi

      Bonjour Cécile,
      Merci pour cet article et ces formules ,
      Très intéressant , j’utilise un autre mélange ( synergie) d’huile essentielles pour les surennales qui fonctionne bien également ,
      Je le partage avec vous :
      On peut aussi stimuler la zone des reins, en bas du dos, avec des frictions aux huiles essentielles. On dilue : de HE pin sylvestre (10%), de thym linalol ou thujanol (5 %) et de girofle (5%) dans une huile végétale de macadamia, de noisette ou autre. Masser le bas du dos, les reins trois fois par jour ( je le fais 2 fois ) Passer le sèche-cheveux avant pour chauffer l’épiderme et avoir une meilleure pénétration des huiles.
      Veiller à ne pas prendre froid sur les reins, ce qui ralentit ainsi le métabolisme des surrénales et des reins. Tenir le dos bien au chaud est toujours recommandé.
      Je testetai aussi la tienne!!!
      Merci pour tout
      Fifi

      • Cécile MAHE

        Merci Fifi, bonne idée le girofle à cette dilution qui donne un effet réchauffant dans cette formule!

    • Perrissoud Emilie

      Bonjour Cécile, j’ai une petite de 2ans1/2 et je me demandais si je peut utilisé la diffusion d’he en dehors de sa présence ? Si oui combien de temps avant? Et dans une pièce voisine (genre ma chambre en fermant la porte mais ça « passe «  quand même un peu)?
      Par ailleurs j’utilise le ravintsara chez elle quand elle est grippée (2gouttes diluées en massage sous les pieds), est.ce que tu pense qu’elle risque une hypersensibilisation?
      Et enfin pour moi quand je suis grippée je l’utilise par voie orale 2gouttes le matin, même question!?…
      Merci

      • Cécile MAHE

        Bonjour Emilie, c’est tout à fait possible, la diffusion pour les adultes ne devraient pas dépasser les 20 minutes de toute façon et il faut ensuite bien aérer. Si vous trouvez que ça “passe” trop, vous pouvez aérer les deux pièces, ce qui reste une excellente chose en hiver où on vit trop confiné 🙂

        Si le Ravintsara est utilisée pure, je vais être méchante, mais c’est une belle bêtise. A cet âge, la dose est en plus importante de cette façon. Non seulement hypersensibilisation, mais aussi risque d’intoxication selon combien de fois c’est répété par jour. Une dilution à 20-30% serait bien plus raisonnable et tout aussi efficace, en prélevant à chaque fois quelques gouttes pour le massage.
        Par voie orale, tout dépend comment vous le tolérez, ce n’esst pas indispensable, chez certaines personnes ca favorise les reflux gastriques, mais si votre estomac est ok, c’est possible, on peut combiner les deux chez les adultes (orale + cutanée)

    • Virginie

      Bonjour Cécile
      Je suis absolument ravie de m être abonnée à vos newsletter qui sont si plaisantes à lire, très intéressantes et remplies d excellents conseils. J ai vu que vous aviez écrit un livre sur les huiles essentielles que j aimerai acheter mais je ne retrouve plus le lien. Pourriez vous m aider ?

    • maryse Gilles

      Bien, mais où acheter un roll-on ? Merci pour les conseils!

      • Murielle

        Sur aroma -zone

      • Cécile MAHE

        Bonjour Maryse, sur tous les sites de vente en ligne d’huiles essentielles: en tappant roll-on dans google vous trouverez ça. Après, en boutique, en région, c’est plus compliqué…

    • Dominique

      Merci Cécile je ne me lasse pas de lire tes articles avec en plus l’ebook et l’appli je suis comblée. Cependant je me pose toujours la question pour l’hiver : faut-il avoir les 2 HE, Tea tree et Ravintsara ou l’un peut-il remplacer l’autre ? ou sont-ils complémentaires ?

      Au plaisir de te lire

      • Cécile MAHE

        Bonjour Dominique, merci 🙂 Ce sont de bons complémentaires! De manière général, le couple oxyde (1,8cinéole du ravintsara) + monoterpénol fonctionne bien sur les maladies de l’hiver et le tea tree a cet avantage d’être au top en tant qu’anti-infectieux

    • Murielle

      Bonjour Cécile petite fatigue hivernal voilà ma synergie.Roll-on 15ml hv sésame 30g d’he 10 de chaque Saro, Pin Lariccio et Bois de Rose

      • Cécile MAHE

        Merci Murielle pour ce retour, sympa comme synergie, l’odeur doit être très agréable en plus!

    • Martine

      Merci Cécile pour ces très bons conseils ! .. j’adore 🙂

    • Elodie

      De supers conseils. Merci beaucoup. Je vais essayer l application dans le dos d une cortisone like!

Leave a Reply

Your email address will not be published.