Huile essentielle de Ravintsara: propriétés et utilisation sans danger (Cinnamomum camphora ct eucalyptole))

Ravintsara… savez-vous que même les plus grands noms de l’aromathérapie l’ont confondue avec une autre ? Donnant à celle-là les propriétés de celle-ci. Soyons donc bien clair, l’huile essentielle dont je vais vous parler est Ravintsara, pas Ravensara (ou Ravensare). Eh oui, on comprend que certains les confondent, ça se joue à une voyelle. Et pourtant, les deux n’ont rien à voir : pas la même plante, pas la même composition, pas les mêmes propriétés, pas les mêmes dangers.

Ravintsara est Cinnamomum camphora, le camphrier du Japon. Il est originaire de Madagascar. Son chémotype est à 1,8 cinéole (plus de 50%).

Ravensara est Ravensara anisata ou Ravensare aromatica (Havozo). Et l’huile essentielle peut provenir des feuilles (chémotype à limonène) ou de l’écorce. Dans ce deuxième cas, discutable puisqu’on détruit l’arbre, l’huile essentielle contient du méthyl-chavicol ce qui le rend contre-indiqué dans beaucoup de cas, notamment l’application cutanée puisqu’elle est dermocaustique !

Mais ce n’est pas tout, il y a d’autres Cinnamomum camphora !!! Il est donc très important là encore de regarder le chémotype.

Le Cinnamomum camphora CT camphre ou Bois de camphre contient jusqu’à 50% de cette cétone et présente donc des contre-indications !

Le Cinnamomum camphora CT linalol ou Bois de Ho vient du Laurier de Chine (ou Bois de Shiu). Celle-ci est plutôt douce mais présente des indications biens différentes de notre Ravintsara.

Il y a aussi le Cinnamomum camphora CT safrole ou Sassafras de Chine, qu’on ne devrait pas retrouver en vente en France, car sa commercialisation est réglementée en union européenne, et pour cause, c’est un précurseur de l’amphétamine isosafrole (ou ecstasy) !

Bon allez, comme on est entre nous, je peux vous le dire, c’est notamment dans le bouquin du Dr Willem qu’il y a une confusion. Concernant mon livre fétiche, celui du Dr Franchomme, je suis au regret de dire que la composition de Ravensara aromatica correspond en réalité à Ravintsara. Quelle cruelle déception ! Si vous avez chez vous une bouteille de Ravensara aromatica qui traîne depuis longtemps, il est fort possible qu’il s’agisse en réalité de Ravintsara, car elle a longtemps été commercialisé sous ce nom-là…

Mais finalement, tout ceci explique peut-être l’allergie que j’ai évoquée dans mon article sur Ravintsara… Imaginons un instant qu’elle s’appliquait une huile essentielle pure sur la peau, pensant que c’était Ravintsara, alors qu’il s’agissait peut-être d’un ravensare contenant du méthyl-chavicol… c’est une hypothèse très probable. Me voilà rassurée, car pour ma part, mon Ravintsara a été analysé, le chémotype est mentionné sur le flacon, et je peux retrouver sur le site Internet du producteur les résultats des analyses.

huile-essentielle-camphrier

(c) Kenpei

En cas de doute, n’hésitez pas à demander cette analyse à votre vendeur, quel qu’il soit. C’est une information que vous avez le droit d’avoir sur votre produit ! Le numéro de lot lui permettra de retrouver l’analyse correspondante.

Composition de l’huile essentielle de Ravintsara (Cinnamomum camphora CT 1,8-cinéole)

  • Monoterpènes (27%) : alpha-pinène 5,4%, beta-pinène 3,7%, sabinène 14,5%, myrcène 1,7%, gamma-terpinène 1,6%
  • Oxydes terpéniques : 1,8-cinéole (56,5%)
  • Monoterpénols (9%): terpinène-4-ol 2,3% , alpha-terpinéol 6,7%

Et là, je ne sais pas vous, mais j’ai l’impression d’une composition quasi identique à celle de l’Eucalyptus radiata !!! Elles sont vraiment très très proche d’un point de vue chimique (et à l’odeur aussi) à ceci près que notre Eucalyptus radié contenait davantage de monoterpénols que de monoterpènes. Ces derniers ont une fâcheuse tendance allergisante… Comme pour toutes les huiles essentielles, on évitera un usage prolongé et excessif, surtout si elle est appliquée pure.

Dangers et contre-indications de Ravintsara

Une tolérance cutanée exceptionnelle. Elle est sûre pour toute la famille, même si par principe de précaution, on la déconseille aux femmes enceintes avant 3 mois de grossesse et aux bébés de moins de 3 mois (certains auteurs disent 6 mois).

Attention tout de même à ne pas en faire une utilisation excessive si vous l’appliquez pure car elle contient des allergisants.

En tout cas, des qualités différentes existent. Simon Lemesle l’explique dans son livret : les productions standard, en grandes quantités destinées à être vendues en gros aux fournisseurs sont souvent faites dans des régions inadaptées (c’est ça qui influe sur le chémotype, la composition chimique) ou avec des feuilles de moindre qualité. Elles perdent à la fois la tolérance cutanée et l’effet si particulier sur le système immunitaire. On en revient toujours au même point. La qualité de l’huile essentielle que l’on achète. Et je crois que cette seule explication suffit à savoir d’où vient l’allergie de la jeune femme que j’avais rencontré. « Bon marché coûte cher » disent les réunionnais.

huile-essentielle-ravintsara

(c) Kenpei

Propriétés de l’huile essentielle de Ravintsara

La présence de 1,8-cinéole (ou eucalyptole) en composé majoritaire nous indique une huile essentielle anti-virale, expectorante, et en plus avec une action sur le système immunitaire renforcé par la présence des monoterpènes. Même effet de stimulant psychique (neurotonique) que l’Eucalyptus radiata… en bref il serait inutile de posséder ces deux huiles essentielles dans votre aromathèque, elles feraient doublon dans la lutte contre les maux de l’hiver ! Choisissez donc votre arme. Sachant qu’elle possède des propriétés antibactériennes moindre que l’Eucalyptus radiata en raison d’un plus faible pourcentage de monoterpénols sans doute, mais une activité immuno-stimulante sûrement un peu plus forte.

Utilisations et voies d’administration de l’huile essentielle de Ravintsara

Par voie interne

Pour tous les maux de l’hiver évoqué dans le paragraphe sur l’application cutanée. Cette voie-là sera plutôt utilisée de manière curative. Attention aux interactions avec vos médicaments. Pensez toujours à diluer, 1 goutte par prise dans de l’huile, du miel, dans de la mie de pain.

Par diffusion, olfaction

En diffusion, on profitera de ses propriétés désinfectantes, sans toutefois en abuser (elle dessèche un peu les voies respiratoires). En olfaction, sur le plan psychique, elle peut amener un soulagement aux insomniaques et de l’allant à ceux qui souffrent d’épuisement.

he-camphrier-japon

(c) Andrew Massy

Par voie externe

De la même manière qu’Eucalyptus radiata, Ravintsara exprime tout son potentiel par cette voie en préventif comme en curatif.

L’usage le plus commun est de mettre en hiver 1 goutte sur le poignet et de se frotter les poignets l’un contre l’autre. Pure, c’est possible pour une utilisation ponctuelle. Si vous souhaitez l’appliquer de cette manière de façon prolongée, je ne saurai que trop vous inciter à la diluer dans de l’huile végétale (50% fera l’affaire). Cela permet de renforcer ses défenses immunitaires et de se prémunir des maux de l’hiver.

Vous n’avez pas été prévoyant, et vous avez chopé un bon rhume ou pire une grippe ? En curatif, ça fonctionne aussi : dilué, en massage sur la colonne vertébrale (éviter le thorax pour les personnes qui ont des problèmes d’asthme). Ca marche aussi pour les rhinopharyngites, les bronchites, sinusites et même la coqueluche et la peste entre autres indications données par Franchomme !

Elle est également indiquée pour les maladies de peau d’origine virale, comme la varicelle, le zona, l’herpès labial et génital.
Par voie externe, on profite également de ses bienfaits sur le plan psychique évoqué ci-dessus pour l’olfaction.

Je tiens à insister sur le fait qu’il s’agit d’un remède très puissant. Ce n’est pas un simple apport de bien-être dans le cadre d’un refroidissement ou d’une infection des voies respiratoires : elle soigne. Ca paraît bête, mais ça va toujours mieux en le disant, n’est-ce pas ?

Aromathérapie énergétique de Ravintsara

Associée au chakra de la gorge, Vishuddha, elle aide à communiquer, à s’exprimer de manière verbale, écrite ou artistique.

Téléchargez la fiche (et laissez un commentaire!)

ficheHE8ravintsaraBD

Crédit photo de l'image de couverture: H. Zell
Recherches utilisées pour trouver cet article:cinnamomum camphora, ravintsara danger, ravintsara posologie, ravintsara posologie rhume, ravintsara posologie voie interne, ravintsara propriétés, huile essentielle ravintsara, posologie ravintsara, ravintsara utilisation, ravintsara contre indication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour,en cas de rhume ou de virus,combien de fois par jour je peux prendre 1 goutte dans du miel?
    N’y a t-il pas de dépendance?J’ai lu que cette huile avait un pouvoir sédatif…
    Merci
    Emilie

  2. Bonjour
    j’ai besoin de mettre sur le prépuce une crème contenant de la cortisone.
    Cela fait beaucoup baisser les défenses immunitaires dans cette région … est ce qu’il est possible d’appliquer (diluer ou pas) de HE de Ravintsara sur cette partie du corps pour aider les défenses à ne pas trop baisser a cause de la cortisone.

    Merci.

    • Bonjour Pedro, il n’est pas nécessaire de mettre l’HE à cet endroit précisément (ça peut même s’avérer irritant et perturber l’équilibre de la muqueuse! Vous pouvez tout à fait utiliser le ravintsara, dilué, en bas du dos pour cet usage par exemple

  3. J’ai de la ravinstara chez moi mais j’ai découvert que J’étais atteinte de polyarthrite rhumatoïde. Je suis traité par immunosuppresseurs : puis-je continuer à utiliser cette huile essentielle

    • Bonjour Billard, il faut consulter votre pharmacien et votre médecin traitant sur ce point pour s’assurer qu’il n’y a pas d’interaction… je ne peux pas vous répondre, sinon que le ravintsara a une action sur la modulation des immunoglobulines de certains types

  4. attention,cinnamomum camphora!!!!!! s’il s’agit du camphrier du japon! à éviter en cas d’allergie au Farnesol, et aux fragrances, car contient des sesquiterpènes + alcool sesquiterpéniques! aussi déconseillé aux femmes enceinte et enfants(voir Franchomme!! et il y en a de é sortes dont un contient aussi du linalol! pas top
    les huiles essentielles même si elles soignent devraient faire l’objet de plus de recherches et d’études approfondies

    • Bonjour il y a là confusion entre plusieurs huiles essentielles et plusieurs provenance. Sans rentrer dansle détaail, on les distingue justement par leurs chémotypes (plus les noms communs donnés qui diffèrent également) plus la partie distillée. Ainsi le cinnamomum camphora dont il est question ici donne une HE tirée des feuilles et non du bois comme l’HE de camphre qui est effectivement à proscrire chez les femmes enceintes car neurotoxiques. Des études existent sur les huiles essentielles et sont librement consultables sur les sites de publications scientifiques (mais en anglais). Attention à ne pas tout mettre dans un même panier 😉

  5. Ping : Quelles huiles essentielles pour les plaies, coupures, égratignures?

  6. Très bon article 😉
    J’utilise l’huile essentielle de ravintsara quand j’ai un rhume, et je trouve qu’elle est plutôt efficace.