Huile essentielle Hysope couchée : en odeur de sainteté?

L’hysope couchée est victime d’une malheureuse méprise. Elle est innocente vous dis-je ! Pourtant vous aurez des difficultés à la trouver en dehors d’une officine, car elle fait partie des 15 renégats fichés pour dangerosité.

Or, comme d’habitude, vous le savez, la nature est pleine de nuances et entre une hysope officinale et une hysope couchée, entre une hysope d’Inde ou d’Espagne, il y a un monde de différences. Celle qui lui a valu cette interdiction de commercialisation en dehors du circuit pharmaceutique, du moins en France, est Hyssopus officinalis ssp. Officinalis qui contient jusqu’à 50% de cétones monoterpéniques. A moins d’avoir une excellente raison, je vous suggère de lui préférer l’huile essentielle Hysope couchée (Hyssopus officinalis var decumbens ou var.montana comme elle a été rebaptisée plus récemment) qui elle… n’en contient pas ! Eh oui, pas besoin de s’en faire une montagne, Hyssopus montana est tout à fait sûre.

Au fait, l’hysope tient son nom de l’hébreu, esop ou azop qui signifie « herbe sainte ». Autant vous dire que l’utilisation de cette plante condimentaire ne date pas de la veille hier ! Et qu’elle est bien plus qu’une plante médicinale, utilisée dans l’Antiquité, au Moyen âge puis par les moines qui ont eu la bonne idée d’en faire de la Chartreuse ou de la Bénédictine !

Mais ça, c’était avant. Avant que l’on découvre que certaines hysopes étaient particulièrement neurotoxiques.

huile-essentielle-hysope

Composition de l’huile essentielle Hysope decumbens

  • Oxydes (20 à 60%) : 1,8-cinéole, trans-linalol oxyde
  • Monoterpènes (20%) : alpha et beta-pinènes, limonène, camphène, myrcène
  • Monoterpénols (6 à 50%) : linalol
  • Sesquiterpènes (8%) : alpha-copaène, beta-caryophyllène
  • Sesquiterpénols : spathulénol
  • Esters terpéniques : acétate de linalyle, de lavandulyle, de géranyle
  • Cétones : <1%

Y a pas de cétones ou presque !!!! (ouf) C’est d’ailleurs pour cette raison que l’on peut utiliser cette huile essentielle même sur les enfants et les bébés (bon, en adaptant les dosages évidemment)… et à condition évidemment de pas se planter d’Hysope. Pas évident, car les chromatographies (là où on peut connaître les pourcentages des différents composés présents dans l’huile essentielle) présentées ici et là montrent une grande disparité, allant de 20 à 60% d’oxydes et de 6 à 50% de monoterpénols ! Mais que ceci ne nous arrête pas puisque ces composés sont de toute façon bien tolérés sur la peau. Eh oui, globalement cette huile essentielle présente peu de contre-indications. La teneur en monoterpènes ne doit pas nous inquiéter non plus, bref, feu vert, y compris chez les enfants, les bébés et les femmes enceintes à partir de 3 mois de grossesse à condition de respecter les dosages et règles de prudence élémentaires.

huile-essentielle-hysope-couchee

Propriétés de l’huile essentielle d’Hysope

C’est une anti-infectieuse majeure ! Voilà pourquoi elle nous intéresse tant, mais sa particularité est d’être une spécialiste. Spécialiste antivirale et spécialiste de quelques bactéries triées sur le volet (on les voit un peu plus bas, dans la partie indication). C’est une anti-catarrhale et expectorante, une anti-inflammatoire aussi. Elle est également utile en tant que tonique du système nerveux sympathique. Oui, avec l’Hysope, on est dans le très précis, on n’improvise pas sur n’importe quelle pathologie ! De toute façon, ça ne servirait pas à grand chose de la sortir de sa petite routine, car avec elle, c’est la loi du tout ou rien, pas de demi-mesure. En tant qu’anti-asthmatique, c’est pareil, elle agit contre l’asthme mais pas l’asthme allergique, uniquement l’asthme sécrétoire et inflammatoire.

Indications et voies d’administration de l’Hysope couchée

Voie atmosphérique

Je me rends compte que j’ai oublié de parler d’un « petit » détail : le prix ! C’est une huile essentielle assez chère, que l’on trouve d’ailleurs parfois en toute petite contenance de 2ml. Alors, ce n’est pas de la Rose, mais on peut facilement atteindre 30 à 40€ les 10ml. Ce qui la rend peut adaptée à une utilisation en diffusion, très consommatrice.

Par contre, on peut pratiquer l’olfaction au flacon sans problème, et même l’inhalation humide (quelques gouttes dans un bol d’eau chaude à respirer pour ses propriétés expectorantes, en cas d’encombrement des bronches). L’olfaction au flacon est intéressante pour tout ce qui est fatigue, dépression, stress. C’est une huile essentielle intéressante dans les synergies car elle augmente le bien-être des malades facilitant ainsi la guérison.

he-hysope-asthme

Voie orale

La voie orale peut être adoptée en cas d’infection, mais ce n’est pas forcément la voie la plus plébiscitée dans la littérature. En fait, c’est le cas particulier de la voie rectale éventuellement qui sera à utiliser notamment chez les nourrisons à qui évidemment on ne fait pas avaler des huiles essentielles. Un suppo et au lit !

Voie cutanée

Le plus simple et le plus sûr reste la voie cutanée et le massage (diluée dans une huile végétale) du thorax pour tout ce qui est bronchite, bronchiolite du nourrisson et asthme non allergique. Elle est notamment la plus indiquée lorsqu’il s’agit d’un virus. Concernant les bactéries, son spectre d’action est plus étroit (certains streptocoques, Neisseria et Corynébacterium).

On va aussi pouvoir l’utiliser pour le reste de la sphère ORL : toux, enrouement, rhinite, rhinopharyngite, sinusite, otites. Et également pour les problématiques de fatigue et de stress évoquées dans le paragraphe sur l’olfaction.

aroma-energie-hysope

Et… c’est quasiment tout, on a pratiquement fait le tour. Car pour ce qui est des autres indications, elle semble un cran en-deça d’autres huiles essentielles. Pour constater une efficacité, il est préférable de la coupler avec des spécialistes de la question sur les cystites, les infections fongiques (Candida albicans, tropicalis et kruzei), ou encore les parasitoses (lamblia).

Aromathérapie énergétique de l’huile essentielle Hysope

L’huile essentielle d’Hysope decumbens est associée au chakra du 3ème œil. En aromathérapie énergétique aussi, elle est préférée à l’Hysope officinale. Elle est réputée avoir le pouvoir de réaligner tous les chakras, de se redresser lorsqu’on est fatigué, d’être « droit » dans sa tête comme dans sa colonne vertébrale. Elle aide lorsqu’on est déprimé, angoissé et que l’on n’arrive pas à calmer l’agitation du mental. Elle aide à la concentration et peut être utile aux massothérapeutes pour augmenter leur capacité de guérison. (Source : Lydia Bosson)

ficheHE55hysope

Crédit photo de l'image à la une: Holger Casselmann - Own work, CC BY-SA 3.0
Recherches utilisées pour trouver cet article:Hysope couchée, Hyssopus officinatis var decumbens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour,

    en effet je partage ce que vous dites dans cet article !! Mais … trouve t on encore cette précieuse huile essentielle avec une composition intéressante ?? … Je pense aux bébés et jeunes enfants .

    Avez vous pû avoir accès aux analyses des différents fournisseurs ? … H& T , Saussac .. ?

    merci !

  2. Bonjour,

    J’entends dire tant de bien sur l’hysope couchée… ( HE)
    De nature anxieuse et stressée, je souhaite savoir quel est l’effet sur l’ensemble des 7 chakras et plus particulièrement sur l’Ajna ou 3oeil, lequel mon intuition me fait particulièrement défaut ?
    Comment utiliser cette plante ( orale, massage) ?
    Les effets sont-ils immédiats

    D’avance merci
    Bien cordialement,

    Jacqueline D

    • Bonjour Jacqueline, pour une action subtile au niveau énergétique, seule l’olfaction peut suffire. Il est sinon possible d’appliquer 1 goutte d’HE (plus une goutte d’huile végétale, toujours diluer) sur le centre d’énergie concerné. Les effets sont plus ou moins rapides/ visibles selon votre sensibilité, selon le travail émotionnel qu’il peut y avoir à faire

  3. Bonjour Cécile,
    Merci pour cette dernière communication électronique sur “l’herbe sainte” dont j’ai entendu parler l’an dernier mais que je n’ai pas encore expérimentée, étant encore au stade de recherche d’information pour mes symptômes asthmatiques dont je ne connais pas précisément l’origine.
    Il y a cette huile tout aussi “essentielle” , Khella, qui aurait des propriétés broncho-dilatatrices me dit-on.
    Tes recommandations seraient précieuses à son sujet… quand tu seras sur pied.
    Au plaisir

    • Merci Louise! C’est vrai, la Khella (Ammi visnaga) est aussi très indiquée en cas d’asthme, très bonne antispasmodique. A bientôt!