Il y a de l’amour dans l’air chantait Bruna Giraldi en 1983. Et si ce n’était pas qu’une impression ? Et que des phéromones se baladaient gentiment dans l’air, imperceptibles à l’œil nu (et à la narine) en attendant d’être captés par quelques naseaux à l’affût ? Qui sait… cette histoire de phéromone n’en finit pas de diviser les scientifiques et d’émoustiller les esprits. A tel point que l’on a vu fleurir des « phéromones party » dans les boîtes les plus huppées de Londres et New York. Renifler des t-shirts pleins de sueur… qu’est-ce qu’on ferait pas pour rester branchés !

Choisir un partenaire ? Facile avec les phéromones !

Hum… et si c’était un peu plus subtil que de respirer une odeur de transpiration où des phéromones se seraient invités ? Un orgueil démesuré nous pousse à croire l’être humain plus évolué qu’un chevreuil en rut ou qu’une maman calamar qui protège ses œufs, mais… la vérité c’est que la balance penche année après année pour une similarité…

Reprenons.

Et tout d’abord :

Qu’est-ce qu’une phéromone ? (c’est féminin)

Les phéromones sont des hormones- FAUX

Pas tout à fait. Ca y ressemble fort, car autant les hormones sont des messagers internes à l’organisme, capables de modifier le fonctionnement de certaines cellules et organes cibles par leur simple présence dans le sang, autant les phéromones sont elles des messagers entre êtres vivants, passant des messages d’un organisme à un autre et ayant pour but de modifier son comportement, et notamment son comportement sexuel, mais pas que. Il y a des phéromones pour gérer la vie de groupe, des phéromones d’alarme, des phéromones qui déclenchent le comportement de recherche de la mamelle chez le lapereau (c’est très précis), etc.

Les humains ne sont pas capables de percevoir les phéromones- VRAI et FAUX

C’est là que ça se complique… 90% des gènes qui codent nos récepteurs à phéromones seraient endommagés… c’est certes très invalidant, mais ça veut dire qu’il y en a encore 10% !

Et en plus, on a mis en évidence l’organe « voméro-nasal ». Les mauvaises langues disent qu’il ne nous sert plus à rien mais les optimistes le pensent toujours fonctionnel et qu’il est dédié à la perception de ces fameuses phéromones.

Les phéromones sont capables d’influencer le comportement humain- VRAI et FAUX

Les expériences ont jusqu’ici surtout montré des effets physiologiques (activation de l’hypothalamus par exemple chez les femmes qui reniflent l’androstadiénone, dérivée de la testostérone, produite par les aisselles masculines) et émotionnel, mais pas comportementaux. Ceci dit, une émotion peut amener un comportement ! C’est même chose courante chez un humain normalement constitué.

aisselle-homme-pheromone

Dans tous les cas, comment expliquer qu’il y ait des effets physiologiques si notre organe voméro-nasal est vraiment si défectueux ?

Les phéromones sont des odeurs- VRAI et FAUX

Elles pourraient, selon les cas être perçues par le système classique de l’odorat.

Ce sont de toute façon des composés volatils qui peuvent emprunter ce circuit. Or on sait que les odeurs, par l’intermédiaire du système limbique, peuvent jouer à notre insu (même à des doses imperceptibles par notre odorat de manière consciente) sur notre tension, notre rythme cardiaque, nos hormones, notre capacité d’attention… alors finalement entre odeur et phéromone, la frontière est mince !

Les fourmis s’attaquent à mon épinette !

En fait toute cette réflexion est partie d’une constatation. Tandis que les sites santé mode plus plus vantent les mérites des huiles essentielles pour repousser les insectes, de mon côté je constate assez basiquement que les fourmis :

  • 1- soit ne sont pas des insectes (en même temps, tous ceux qui ont lu la trilogie de Bernard Weber tiennent les fourmis en haute estime)
  • 2- soit n’en ont rien à faire des préconisations des magazines

Plus sérieusement, dès que je fais une synergie avec de l’épinette ou un sapin géant par exemple, j’y retrouve systématiquement agglutinées des fourmis autour du goulot qui attendent l’ouverture comme si c’était la dernière boîte de nuit à la mode. Alors, est-ce que cette odeur leur plaît ? Leur « parle » ? Entendent-elles Giraldi à travers la paroi de verre du flacon ?

Il y a peut-être là-dessous des phéromones qui sait ! En tout cas, elles ne sont pas aussi empressées avec mon mélange à base d’orange douce et d’Ylang-Ylang…. mystère que cette communication qui se passe sous mon nez !

pheromone-insecte-HE

Ce n’est pas forcément étrange quand on sait que de nombreuses symbioses existent entre les arbres et les fourmis, les premiers offrant le gîte et le couvert tandis que les secondes sont chargées de sa protection. Il est possible que la distillation qui permet d’obtenir un concentré de substances volatils aboutisse à une huile essentielle phéromone (qui contient des phéromones). Ca ne serait pas vraiment étonnant d’autant que les phéromones peuvent être :

  • des acides carboxyliques saturés,
  • des stéroïdes,
  • des aldéhydes,
  • des esters,
  • des cétones,
  • des alcools,
  • etc.

On reconnaît dans cette liste quelques familles biochimiques qui sonnent familières quand on s’intéresse aux huiles essentielles !

Mais du coup, nos flacons d’huiles essentielles contiendraient des phéromones ?

Et seraient capables de modifier nos comportements ?

Normalement, les phéromones ont été définis comme un outil de communication à l’intérieur d’une même espèce. Et pour cause, imaginez qu’un chimpanzé s’entiche d’un bombyx ! Ce serait ridicule. Mais le fait est que ce n’est pas si cloisonné. Ca l’est pour les comportements reproducteurs, mais pas forcément pour d’autres types de communication (les arbres arrivent bien à obtenir des fourmis qu’elles attaquent leurs ennemis!).

Alors, si ça se trouve…

A titre d’exemple, certains composés de la famille des sesquiterpènes et des sesquiterpénols sont soupçonnés d’avoir une action semblable aux phéromones. On les trouve dans le Patchouli, le Cèdre de l’Atlas ou le Santal blanc. Ces huile essentielle phéromone ont un impact physiologique certains : ce sont des régulateurs de l’hypophyse et du système endocrinien qui en dépend. En plus d’agir sur le stress et la nervosité, ils régulent les hormones sexuelles grâce à un mode d’action proche des phéromones. Leur action a été peu étudiée jusqu’à présent, malheureusement, et dans certains cas ils sont accusés d’avoir une action hormonale.

Hummm… et si les plantes nous dictaient notre comportement à nous aussi, comme elles le font pour les fourmis ? Et si le règne végétal contrôlait le monde ? Et si (musique de Mulder et Scully) les petits hommes verts étaient déjà là sous nos yeux sous forme de buissons ? Allez savoir !

 

arbre-parle-esprit

En tout cas, si vous n’avez pas de partenaire pour la St Valentin, eh bien au vu de cette avancée notable sur la question des phéromones, je me dois d’en déduire qu’offrir un bouquet de fleur peut à lui seul suffire à modifier le comportement d’une conquête potentielle !

Reste à bien choisir la matière végétale… un rameau d’épinette peut-être ?

Influence et manipulation

Si cette influence des odeurs sur notre comportement, des composés volatils en général, même lorsqu’ils sont imperceptibles sur nos émotions, paraît extraordinaire ne nous leurrons pas, le procédé a été repéré depuis longtemps par le marketing. On ne lésine pas sur les odeurs pour vendre : l’odeur du pain au chocolat diffusé aux abords d’une boulangerie, des parfums de « voiture neuve » utilisé pour vendre les voitures d’occasion ou encore l’habillage olfactif de grands événements et de meetings destiné à imprimer un souvenir durable et mémorable chez les participants.

On vend également beaucoup de parfums destinés à rendre plus désirable, plus attirant, voire même des parfums qui s’affichent délibérément aphrodisiaques et qui seraient capables de séduire. Les parfumeurs s’y sont lancés à corps perdu. Et ce depuis fort longtemps ! Après tout, quoi de mieux qu’une odeur portée à même la peau, qu’y a-t-il de plus sensuel finalement ?

Que trouve-t-on dans un parfum aphrodisiaque ?

parfum-aphrodisiaque

Eh bien si l’on en croit les professionnels de la question, des senteurs de peau, de cuir (l’écorce de bouleau), de transpiration (le Santal!), de vanille (la peau d’une femme), … et des senteurs animales aujourd’hui synthétiques comme le musc de ce pauvre chevrotain d’Asie. En fait, plus que des phéromones tout est dans la suggestion finalement de notre odeur naturelle, animale si j’ose dire et on se demande si c’est vraiment une bonne idée de s’asperger de parfums synthétiques, de gel douche et shampoing non moins chimiques qui vont masquer des odeurs, y compris celles qui sont en-dessous de notre seuil de perception, qui apparemment nous restent familières et attirantes malgré des années et des années d’évolution ! Après tout, restent dans le langage courant des expressions qui ne trompent pas comme « je ne peux pas le sentir » qui confondent odorat et perception émotionnelle.

Alors, les parfums aphrodisiaques : vrais philtres d’amour ou attrape-nigaud selon vous ? Pas facile de trancher… et pas facile pour notre ego d’avaler que nos comportements seraient dictés par des molécules en goguette dans l’atmosphère ! Et pourtant, il se pourrait bien que dans les prochaines années nous nous rendions compte qu’en fait, on se laisse mener par le bout du nez !

 

 

 

 

 

Recherches utilisées pour trouver cet article:huile essentielle pheromone, libido plante essentielle

    8 replies to "Huile essentielle, Phéromone  : des molécules attractives ?"

    • laura

      Bonjour Cécile, c’est Laura ! Ca fait un bail ! Tu es très très productive sur internet dis donc ! Bravo ! Je t’ai envoyé un mail mais c’est revenu en erreur alors tu as dû changer d’adresse. Je me prépare à quitter la Martinique bientôt et je voulais savoir si je pouvais récupérer mon livre sur l’aromathérapie et le magazine Ethnopharmacologia ?
      Réponds moi directement sur mon mail. Merci ! On se mange une glace à Cocobello prochainement ?

      • Cécile MAHE

        Bonjour Laura, bien sûr! Je suis toujours à Schoelcher; par contre pas reçu d’email…. sur [email protected]/ j’ai reçu un appel hier mais la communication était inaudible…. si c’était toi, on peut réessayer.

    • Berthier Alain

      Bonjour, merci pour votre site et vos précieux conseils sans parler de l’humour qui aide à relativiser. Je découvre des HE depuis une petite année et je suis surpris de ne pas trouver mention dans vos différents exposés de la prise d’HE par voie orale via les cachets neutres ou autres manières. Y-a-t’il une raison pour laquelle vous ne le proposez pas? Lecteur de Festy, Baudoux, Elske Miles je suis interpellé et un peu inquiet de votre « différence » au vu de votre CV oh! combien élogieux ainsi que de votre belle expérience et connaissance des plantes. C’est toujours intéressant de devoir se remettre en questions alors qu’en pensez vous svp. Merci. Cordialement Alain

      • Cécile MAHE

        Bonjour Alain, merci pour tous vos compliments! Quelques articles parlent de la voie orale, comme celui sur la cystite, mais il est vrai que je reste prudente pour mentionner cet usage la plupart du temps car elle présente de nombreuses contre-indications et reste celle qui est le plus à risque de toxicité. c’est quelque chose que j’aborde en formation, une fois qu’on a vu les calculs de dosage qui sont indispensables, à mon sens, à maîtriser quand on s’écarte d’une prise très ponctuelle à petite dose. Et puis, nos voisins anglophones n’utilisent pas/peu cette voie qui est une spécificité française et ont autant de succès avec l’aromathérapie!

    • Wivine

      Merci pour ton article Cécile.J’aime l’odeur du santal, elle est attractive, personnellement je mélange l’he de santal et l’he de rose avec de l’alcool pour faire une composition originale douce et amoureuse.

      http://labellewivine.com/lovespray-comment-faire-un-spray-au-parfum-sexy

    • daniel florio

      je pense que je pourait etre utile aprait avoir fais carriere dans la fabrication h e absolu rectification deterpenation distilation moliculaire t formulation florio daniel mail [email protected] jai lu votre page et les commantaire bravo pour le serieu

Leave a Reply to daniel florio Cancel Reply

Your email address will not be published.