Vous avez trouvé une formation reconnue en aromathérapie ? Vous voulez suivre une formation certifiée en naturopathie ? Choisir une formation en médecine douce est compliqué. La raison ? Il s’agit de professions non-réglementées. Les formations sont donc proposées par une multitude d’écoles, publiques ou privées, françaises ou européennes. De plus, ces formations et ces établissements peuvent bénéficier d’agréments ou d’enregistrements dont il est difficile de saisir la portée. Cet article est destiné à vous apporter un éclairage sur la différence entre les professions médicales réglementées et les autres ainsi que sur les certifications les plus courantes.

Cet article est la suite de celui-ci: Les métiers des plantes médicinales

Les formations médicales sanctionnées par un diplôme d’Etat

Les professions médicales

L’obtention d’un diplôme d’État donne le droit d’exercer une profession qu’on peut qualifier de “réglementée”. Dans le domaine de la santé, il s’agit des professions décrites par le Code de la santé publique. On citera notamment les médecins, les dentistes, les infirmiers, les kinésithérapeutes, les pharmaciens… Le code décrit les conditions d’exercice de ces professions ainsi que les actes qui peuvent être posés par ces praticiens. Les actes médicaux, à savoir le diagnostic, le traitement et la prescription, sont exclusivement réservés aux docteurs en médecine, aux chirurgiens-dentistes et aux sages-femmes.

Les pharmaciens

Les pharmaciens sont également visés par le Code de la santé publique. Seules les personnes détentrices d’un diplôme d’État en pharmacie ont le droit de manipuler, fabriquer ou délivrer des médicaments.

Les médecines douces

À l’heure actuelle, il n’existe pas de diplôme d’État pour la naturopathie, l’aromathérapie, la phytothérapie ou l’herboristerie. Cela a des conséquences sur la pratique des personnes formées à ces disciplines. Cela rend également plus difficile le choix d’une formation.

En l’absence d’un diplôme d’État, il est interdit de pratiquer la médecine ou la pharmacie. Une personne formée à l’aromathérapie ne pourra donc pas poser de diagnostique ou faire de prescription. Un herboriste se limitera à vendre les plantes médicinales dont la vente libre est autorisée. Il ne pourra en aucun cas commercialiser celles dont la vente est réservée aux officines.

Les personnes ayant suivi une formation en médecine douce n’ont pas le droit de se qualifier de “médecin” ou “thérapeute”, car il leur est interdit de soigner les patients. Le terme d’”aromathérapeute” est donc réservé aux docteurs en médecine ayant complété leur formation par un cursus en aromathérapie. À défaut d’un diplôme d’État, un expert en phytothérapie pourra se faire appeler, par exemple, conseiller en phytothérapie mais pas phytothérapeute.

Les formations en médecine douce : quelle reconnaissance ?

En l’absence de réglementation, les formations en médecine douce sont très nombreuses, de durée variée et de qualité diverse. Il existe certains enregistrements ou agréments qui attestent du niveau professionnel des étudiants, du respect de certains critères de qualité ou encore du professionnalisme de l’établissement de formation.  Nous allons passer en revue les plus courants.

Enregistrement au RNCP

Un établissement peut rendre un dossier à la Commission nationale des certifications professionnelles afin d’inscrire une formation dans le Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

Cet enregistrement ne valide pas la qualité pédagogique de la formation. Il sert à confirmer la qualification professionnelle des élèves à l’issue de leur cursus, notamment en analysant les débouchés professionnels de ceux ayant suivi la formation avant qu’elle ne soit enregistrée.

C’est ainsi qu’un niveau est attribué lors de l’enregistrement. Par exemple, une formation classée I permet d’acquérir des compétences professionnelles équivalentes à un Master. Cela aide les étudiants à faire valoir leurs compétences auprès d’employeurs. Par contre, il ne s’agit pas d’une reconnaissance académique : suivre une formation de niveau III ne garantit pas de pouvoir poursuivre par un Master. Parmi les médecines douces, seule une formation en naturopathie est enregistrée au RNCP à l’heure actuelle. Il existe également une formation en plantes à parfum, aromatiques et médicinales à usage artisanal ou industriel qui peut mener au métier de producteur ou distillateur d’huiles essentielles.

Certification ou agrément par une association ou un organisme professionnel

Certaines associations professionnelles accordent un label qui garantit aux élèves une qualité uniforme des formations proposées dans les différentes écoles labellisées. Une formation ou un établissement ne bénéficiant pas de cet agrément n’est pas nécessairement dépourvu de valeur. Cela peut être dû à de nombreux facteurs, entre autres la composition du groupement professionnel qui accorde la certification. On retrouve ce type d’agrément en naturopathie et en herboristerie.

Certification ISO

La certification ISO ne porte pas sur une formation en particulier, mais sur l’établissement qui la délivre. Il s’agit d’une norme de qualité internationale initialement destinée aux entreprises industrielles. De plus en plus d’organismes de formation la demandent. Elle garantit essentiellement la mise en place des procédures suivies par l’établissement scolaire dans sa relation avec les élèves. Elle ne garantit par contre pas la qualité du contenu des cours.

Certaines écoles proposant des formations en médecines douces, notamment en naturopathie et en phytothérapie, disposent de la certification ISO. Elles sont reconnaissables au sigle “ISO” mis en évidence sur leur site internet. Certaines écoles certifiées ISO proposent un enseignement de la naturopathie et de la phytothérapie (comprenant, parfois, l’apprentissage de l’aromathérapie).

Pour retrouver les informations sur les formations dispensées par Plante Essentielle, les valeurs et les objectifs, rendez-vous sur Formation en aromathérapie

 

Recherches utilisées pour trouver cet article:diplôme reconnu belgique aromathérapie, école des plantes rncp, Formation reconnue phytotherapie

    9 replies to "La reconnaissance des diplômes dans les médecines douces"

    • dos santos

      je suis très heureuse de retrouver une synthèse claire, compréhensible et sans a priori
      je vous remercie de cette générosité dans vos échanges
      bien à vous

    • Hervé

      Je suis passionné d’huile essentielle quelle formation choisir?

    • Laura

      C’est quand même dingue qu’avec le nombre de gens qui pratiquent et ceux qui utilisent ces médecines douces, cela ne soit pas encore reconnu histoire de bien encadrer les disciplines.. Quel dommage !

    • Sophie Pailler

      Bonjour, vous écrivez : seule 1 formation en naturopathie est reconnue RNCP ; laquelle ? Merci et bravo pour votre site et votre parcours.

    • R

      Bonjour à tous,
      Très intéressant, merci de ce partage.
      Il existe une certains nombre de pratiques bénéficiant d un code RNCP
      Vous trouverez, le Shiatsu, le Amma assis aussi entre autre.
      J encourage au partage, nous devrions tous partager plus…
      Le partage, l ecoute permet d apprendre de tous.
      Donc avec beaucoup de gratitude
      R

    • Lucas

      Bonjour étant en formation de naturopathe j àimerais savoir si elle donnerai un diplôme reconnu

      • Plante Essentielle

        Non Lucas, votre formation ne sera pas reconnue par l’Etat, aucune formation de naturopathie ne l’est. Au mieux elle le sera par la fédération française des Ecoles de naturopathie .

    • Dorothée

      La réflexologie a aussi un titre Rncp ca aurait été bien de le préciser
      Cordialement

    • Michel BARBET

      Merci pour ce complément d’information.
      Pour ma part j’ai DE de Masseur Kinésithérapeute..et bientôt 73 ans. La flamme qui m’habite m’a soufflé de retrouver l’univers des conseils de Bien-être au moyen de l’Aromathérapie et peut-être d’aider ceux qui ont besoin d’un catalyseur provisoire pour mettre en marche un processus d’auto guérison.

Leave a Reply

Your email address will not be published.