J’ai reçu beaucoup de questions d’ordre réglementaire de personnes qui souhaitent se former à l’aromathérapie, à l’utilisation des huiles essentielles dans le sondage lancé le mois dernier. C’est l’occasion pour moi de faire à la fois un article coup de gueule mais qui sera quand même je l’espère instructif sur au moins 3 points même si je ne suis pas juriste :

  • la validité des diplômes d’aromathérapeute
  • ce qu’on a pas le droit de faire quand on n’est pas médecin
  • comment reconnaître un faux gourou (ou un vrai charlatan)

Ca me semble en plus vraiment important d’évoquer ces sujets, mon positionnement et d’une certaine manière l’éthique que je veux mettre dans ce blog. N’hésitez pas à partager vos avis en commentaire, l’échange est ouvert 😉

1/ Les diplômes de l’aromathérapeute en France

Aujourd’hui, en France- je parle pour la France, je ne connais pas la situation dans tous les pays francophones, il n’existe AUCUN diplôme reconnu en la matière. Ce n’est pas la peine de mettre en avant que vous êtes naturopathe diplômé d’une école affiliée à la FENAHMAN ou autre chose, ça ne change rien. Inutile de me dire que vous êtes aromathérapeute certifié en Suisse, aux Etats-Unis ou à Hong-Kong. Ca ne change rien. Inutile de me dire que vous avez un diplôme d’aromatologue… ça ne change rien ! Votre diplôme, certificat ou autre bout de papier ne vaut rien en France où le métier n’est pas reconnu. Je suis désolée, c’est comme ça.

Seuls les médecins peuvent être aromathérapeute et soigner grâce aux huiles essentielles. Les autres, comme moi, peuvent faire du conseil en aromathérapie ou se proclamer praticien en aromathérapie ou aromatologue si ça leur chante, avec ou sans certificat de formation, d’ailleurs. Donc, si vous cherchez un diplôme reconnu pour exercer en France, seul un choix s’offre à vous : reprendre des études et obtenir votre titre de Docteur en médecine. Voilà…

Et il ne vous restera plus qu’à faire une spécialité et d’obtenir votre DU en aromathérapie et on se revoit dans 10 ans.

2/ ce qu’on n’a pas le droit de faire

L’autre solution, c’est d’accepter que vous ne serez pas thérapeute. C’est à dire qu’à aucun moment vous ne pourrez prétendre diagnostiquer des patients et les soigner grâce à des traitements adaptés, personnalisés. C’est accepter que aujourd’hui en France, les médecines autres qu’allopathiques/ conventionnelles ne sont pas reconnues comme une alternative crédible à la médecine telle qu’enseignée en faculté. Il est d’ailleurs préférable de parler de médecine complémentaire ou de médecine douce que de médecine alternative. C’est à dire que l’on peut les utiliser dans le cadre de ce qu’on appelle l’aromathérapie familiale, la bobologie, comme on fait de l’auto-médication à base de doliprane ou de spasfon en vente libre. On peut aussi, dans le cas de pathologies plus graves, soulager certains symptômes, accompagner la guérison/ rémission. Mais pas guérir. D’ailleurs, pour certaines maladies comme le cancer, même les médecins, les spécialistes se refusent à faire de telles affirmations, c’est dire!

Je prends mon exemple. Et croyez moi, ce n’est pas facile mais j’essaye de rester dans les clous, dans les règles, bien que tous les jours sur le blog, une occasion se présente de sortir du cadre ! Je ne fais pas de diagnostic. Quand quelqu’un me dit j’ai mal au dos, je ne lui dit pas (en plus, ce serait particulièrement ridicule via le blog et par message interposé) : vous êtes atteint d’une grave acidose généralisée. Je ne lui dit pas, vous avez un lumbago. Je ne lui dis pas, vous avez un calcul rénal… parce que je n’en sais rien !!! Pourtant sur internet d’autres ne s’en privent pas et dépassent allègrement les bornes, non pas réglementaires, mais éthique. Oui, je parle d’éthique, car quand on s’amuse à expliquer à quelqu’un qui est fatigué, qui a des douleurs ici et là, qui est déprimé, que c’est forcément telle maladie, on prive une personne fragile de son vrai diagnostic. Qui peut être un diagnostic VITAL.

Je ne répond pas non plus, quand quelqu’un me dit, j’ai une otite, qu’est-ce que je dois prendre comme huile essentielle ! Je raconte, mon expérience personnelle sur le sujet, ça fait l’objet d’un article d’ailleurs. Et je dis, ça a marché pour moi. Ou alors, je parle d’une utilisation traditionnelle de telle ou telle plante. C’est tout. Je ne suis pas habilitée à prescrire quoi que ce soit. Surtout quand j’ai jamais vu la personne et qu’elle présente peut-être de graves contre-indications vis à vis de l’huile essentielle et des dosages que je lui donnerai si une idée aussi saugrenue me passait par la tête.

Et surtout, il faut rester humble avec les médecines complémentaires, les huiles essentielles. Car il n’y a pas les mêmes recherches que pour les médicaments, l’approche est complètement différente. Je ne dis pas c’est bien ou c’est pas bien, disons que pour l’amoureuse de la nature que je suis, ça a son charme de se dire que telle huile essentielle fonctionne sur moi mais pas sur mon voisin pour exactement la même pathologie. Ca a son charme… sauf que quand on est gravement malade, c’est suicidaire. Et pire, c’est criminel de dire aux gens : arrêtez vos traitements et remplacez-les par telle ou telle régime miracle, telle ou telle pillule révolutionnaire à base de poudre de plantes (qu’on voit même pas, et d’ailleurs des analyses ont montré que dans certains compléments alimentaires, la plante censée le composer à 90% n’était pas détectable…. Ça laisse rêveur sur le marché lucratif des médecines douces !).

Par contre, ce que je peux faire, (et que j’ai le droit de faire), c’est informer, partager mes recherches bibliographiques (ce que je fais avec mes fiches sur les HE, qui sont le résultat d’une compilation de sources sérieuses citées dans l’onglet livres du blog) et les expériences que je mène sur ma propre personne, les échanges que j’ai avec des professionnels. J’ai le droit. J’ai le droit également de parler de bien-être. Et c’est d’ailleurs pour ça que certains sites s’interdisent d’évoquer même une prise d’huile essentielle par voie orale : la voie cutanée, en massage peut être assimilé à une pratique de bien-être inoffensive, ce qu’elle n’est bien sûr pas.

Vous trouverez dans cet excellent article dont je vous met le lien ici (c’est ma référence, car écrit par une juriste) toutes ces histoires de réglementations un peu obscure pour ceux qui veulent en faire leur métier : Comment donner des conseils de santé sur son blog sans risquer d’être poursuivi pour exercice illégal de la médecine

(dommage, le blog juridique a disparu… le texte d’origine a été copié sur ce forum: https://www.bladi.info/threads/donner-conseils-sante-blog.483236/)

3/ le charlantan: comment le démasquer ?

Dès lors, comment reconnaît-on un charlatan ? C’est quelqu’un qui va déjà être beaucoup plus sympa que moi. Vachement à l’écoute de vos problèmes, il aura toujours la réponse à vos questions existentielles (c’est pas un peu le principe d’une secte, ça?). Un diagnostic de maladie plus ou moins imaginaire sortie de son chapeau- toujours le même d’ailleurs…

Bon si à ce stade vous en avez marre de lire, vous pouvez aussi vous rabattre sur mon coup de gueule en vidéo (mais sinon, je continue juste en-dessous, parce que quand même j’aime bien écrire):

Au passage, je vous rappelle qu’à l’heure actuelle, certaines maladies qui se répandent plus vite qu’une mauvaise grippe sur internet, n’ont pas de reconnaissance officielle par la médecine. Je ne suis pas en train de dire que la médecine est omnisciente et omnipotente et que la science n’évolue pas aussi… je suis simplement en train de dire que c’est tout de même bizarre de voir toutes ces maladies apparaître qui peuvent être soignées fort heureusement à coup de régimes ou de pilules qui sont… quelle belle coïncidence ! Vendue sur le même site internet que celui qui vous diagnostique… ou qui vous incite à vous auto-diagnostiquer.

Quand on vous dit « vous êtes stressé, fatigué, vous avez du mal à vous lever chaque matin », ne vous dites pas ah oui c’est vrai j’ai forcément la maladie là, c’est évident. Dites-vous : on me prend vraiment pour une imbécile. 99% de la population, surtout en semaine avant d’aller au boulot, souffre de ce type de pathologie qui s’évanouit à l’approche des vacances.

Pire… quand on vous dit, vous n’avez pas besoin d’être sûre à 100% d’être atteint de cette maladie pour appliquer mon remède miracle, ça ne peut pas vous faire de mal… ne vous dites pas, ah ben oui, effectivement, allons-y. Dites-vous : on me prend vraiment pour une grosse truffe. Si votre médecin vous prescrivait une chimio la prochaine fois que vous allez le voir parce que vous avez un petit coup de mou, sans vous faire passer aucun test, sans avoir même discuté avec vous, je pense que vous changeriez de toubib ! Alors pourquoi sur internet, ces gens-là ont une audience aussi large, hein ?

Je vous laisse cogiter tout ça et je partage un autre lien, cette fois sur les maladies qui n’existe pas avec une BD satyrique d’un site que j’adore, le pharmachien : La cause de toutes les maladies, le VEO

Si un jour, vous voyez que je commence à déraper par rapport à tout ce que je vous ai dit, n’hésitez pas à me tirer les oreilles, vous avez ma permission et vous aurez en plus ma reconnaissance. Je m’en voudrai de céder aux sirènes certes tentantes mais dangereuses de devenir le nouveau grand gourou des huiles essentielles. Je pense qu’on n’a pas besoin de ça pour apprécier leur potentiel et pour se responsabiliser, individuellement. C’est aussi tout l’objet du blog : apprenez par vous-même, ça vous évitera de tomber dans les pattes de personnes mal intentionnées (qui parfois ne se rendent pas compte du mal qu’elles peuvent faire, qui veulent même bien faire, c’est dur, on a toujours envie de répondre et d’aider les gens, c’est humain).

En conclusion, j’ai envie de dire : appuyez-vous sur votre médecin traitant, votre pharmacien. Parlez-leur de votre envie de tester une huile essentielle. Demandez-leur conseil. En plus, en France, la sécu rembourse les consultations, votre pharmacien ne vous fait pas payer son temps… ne les cantonnez pas comme le font les gourous aux vilaines blouses blanches qui vous veulent du mal. La télé adore faire ça aussi ! Je n’ai personnellement encore rencontré aucun médecin qui souhaite faire du mal ou qui souhaite la mort d’un patient, hein ! Certains sont un peu hermétiques à l’aromathérapie, mais les choses bougent doucement et maintenant que les huiles essentielles entrent dans les hôpitaux, qu’elles sont de plus en plus associées aux soins hospitaliers, les lignes vont bouger, ne faites pas partie de ceux qui veulent créer des murs, des clivages mais au contraire, de ceux qui se heurtent patiemment à ces murs et tentent avec bienveillance de les déconstruire pierre par pierre, simplement en évoquant ces sujets, sans prosélytisme.
Comme on dit, ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier, toutes les approches ont leur intérêt, y a rien de mal à aller bouffer à tous les râteliers comme on dit chez moi !

Et vous ? Vous utilisez les huiles essentielles en réaction à la médecine conventionnelle ou plutôt en complément ? Ca m’intéresse de connaître votre position sur le sujet !

Recherches utilisées pour trouver cet article:alexandra le floch aromathérapeute, aromathérapie et exercice ilégal de la médecine, aromatherapie exercice illegal, quelle réglementation pour le certificat médecines douces

    28 replies to "La réglementation, le vrai charlatan et le faux gourou"

    • camp

      Bonjour,
      le lien de l’article écrit par la juriste que vous citez m’indique “adresse introuvable” lorsque je clique dessus. Pourriez-vous m communiquer l’adresse exacte?
      Merci par avance,

      Cordialement
      Elisa

    • Bornet

      Tout à fait d’accord avec toi Cécile! Les huiles ‘essentielles ont des pouvoirs merveilleux mais elles ne sauraient se soustraire à un vrai diagnostique médical pour guérir une maladie. Elles peuvent aider à soulager les maux mais ne remplacent pas un traitement ciblé.
      j’utilise essentiellement les huiles pour les maux quotidiens et en préventif ou en confort et je crois qu’il faut rester humble tant qu’il n’y aura pas d’études à grande échelle sur leurs pouvoirs.

    • Jean-Luc Martin-Lagardette

      J’aborde cette question très importante du rapport entre médecine naturelle et médecine académique dans ce roman :

      Le Dame au millepertuis.

      Bien cordialement

    • Sandrine

      Bonjour, je suis d’accord avec vous, l’aromathérapie est un complément et ne remplace pas le médecin. Les HE peuvent même être dangereuses si on en fait n’importe quoi!! Afin de mieux mes connaître je me suis renseignée sur des « formations ». J’en ai vu une sur SeFormer qui propose différents modules…. connaissez-vous, pouvez-vous me conseiller ?
      Je vous remercie de vos réponses

      • Cécile MAHE

        Bonjour Sandrine, je ne connais pas celle-ci, peut-être certains de mes élèves pourront vous aider sur ce point. Si vous cherchez une formation en ligne et en vidéo, je ne peux que vous conseiller de vous former auprès de moi si mon approche vous plaît. Le programme Aromabase est un bon début et suffit largement pour une pratique sécuritaire de base, pour la famille. Voici le lien: https://formation-en-aromatherapie.com/apprendre-les-bases-de-laromatherapie/

    • Hervé

      Bonjour Cécile, Peut on quand même faire une formation en aromathérapie? Ou c’est réservé au médecins? car je suis passionné d’Aromathérapie

      • Claude

        Oui il existe des formations sérieuses même si pas reconnues officiellement,éviter toutes les offres avec un rabais de 80%? ce ne sont généralement pas les plus interessantes.
        Adressez vous aux écoles connues à Paris (faculte de medecine naturelle), à Lyon l’ELPM école lyonnaise des plantes médicinales et des savoirs naturels et quelques autres .

        • Cécile MAHE

          Et sur Plante Essentielle 🙂 En tout cas pour les formations à distance, ne pas hésiter à me contacter. Pour le présentiel, on aurait aussi pu citer l’ARH et Ecole bretonne d’herboristerie

    • Yannick

      Ils faut arrêter de mettre tous les médecins sur un trône, combien de charlatans parmi eux ? et surement plus dangereux que ceux qui vont donner des conseils sur les HE !!

      Combien d’opérations inutiles par jour en France ? Laisser les gens se soigner comme ils le souhaitent , le lobby Pharma comment à perdre pied et c’est tant mieux !!

    • pascale R

      bonjour Cécile,

      Je ne sais pas où mettre mon commentaire, alors désolée, je le mets sur cette page…
      Je suis formée en aroma, et j’aime votre blog, et il m’aide à compléter et continuer d’enrichir mes connaissances, puisqu’on sait quand on commence, mais qu’on ne sait pas où ça s’arrête….;)

      Je viens d’acheter votre livre en format kindle, et je suis déçue par rapport aux tableaux: en ebook, on ne peut pas les lire, ils sont minuscules, et on ne peut pas les agrandir. Et ils recensent des éléments très importants et intéressants.. Pouvez vous les éditer sous un autre format? J’aimerais bien pouvoir les lire, ou encore les imprimer.

      • Cécile MAHE

        Bonjour Pascale, il y a une formation video incluse dans l ebook. En accedant au site vous aurez egalement acces aux tableaux qui seront telechargeables imprimables

    • walaine

      Merci Cécile pour cet article, ton quart d’heure Guy Bedos comme on dit est nécessaire, à l’heure où les consciences commencent à évoluer doucement mais sûrement, mais où le marché du bien-être devient aussi malheureusement un vrai business…laissant la porte ouverte à certaines dérives qui comme tu le dis ne sont pas forcément toujours mal intentionnées.
      C”est à nous de choisir le rôle que nous voulons tenir et de décider de la manière dont nous souhaitons participer à ce cheminement.
      Pour ma part, mon médecin traitant n’étant pas du tout ouvert aux médecines douces…là aussi il a fallu que je choisisse mon chemin et que j’écoute mon intuition…
      J’aime beaucoup la phrase de Corinne “Conseiller, soutenir, accompagner, partager ses connaissances: OUI! Diagnostiquer, prescrire, rendre dépendant de soi une personne en recherche de solution: NON. ”
      Laissons alors germer les graines de en transmettant cette passion et envie profonde de faire découvrir ces merveilles de la nature.
      Belle soirée

      • Cécile MAHE

        Merci Caroline! C’est exactement ça, nous avons tous notre place, nul besoin de vouloir piquer celle d’un autre métier hi hi 😀

    • Véronique Baumann

      Bravo pour ce sujet, pour ce qui est dans les lignes et ce qui est entre les lignes.
      Bravo pour votre professionnalisme et votre sincérité
      Au plaisir
      Véronique

    • Niky

      Pour, moi qui suis une inf. DE ( à la retraite)…j’ai adoré et beaucoup apprécié votre ” coup de gueule ” ces explications claires nettes et précises témoignent de votre sérieux.
      Merci

    • Stephanie

      Bonjour Cécile
      Je suis d’accord avec toi sur le fait que les charlatans se multiplient et créés la peur pour vendre des produits. Je m’insurge également devant se phénomène qui prend de l’ampleur et fait du tort au praticien de santé naturelle qui ont une etique. Je suis Naturopathe et je confirme que ma profession est complémentaire à la médecine. En aucun cas je n’ai le droit de poser un diagnostic ou de modifier un traitement médicamenteux. J’ai un rôle de conseil. Ma certification certe n’est pas encore reconnue en France mais j’ai passé un examen, écrit un mémoire. L’école dispense des cours d’anatomie et de physiologie en plus des cours d’aromatherapie, de phytotherapie et de gemmothérapie entre autre. .. car il a egalement la nutrition, les techniques manuelles, la sophrologie etc … tout ce qui permet l’équilibre du physique et du psychisme. L’OMNES qui est l’organisme qui regroupe les Naturopathes en France est très soucieuse des dérives sectaires dont tu parles et prône le bon code de conduite qui est de ne pas nuire.
      Le Naturopathe est à l’écoute de son client, et lui propose un plan d’hygiène de vie adapté à ses besoins et à son environnement dans le plus grand respect.
      Les mėdecines naturelles ont leur place de nos jours dans notre société.
      Il’y à des charlatans dans toutes les professions, il faut être vigilant ! Et responsable !
      Merci pour ton “coup de gueule ” que je comprends. Il existe des praticiens de médecines naturelles sérieux et bienveillant !

      • Cécile MAHE

        Merci Stéphanie pour ce soutien et aussi ces compléments d’info. Evidemment, mon but n’est pas de mettre tout le monde dans le même panier, simplement d’alerter comme tu le dis il y a des charlatans dans toutes les professions, mais il est vrai que lorsqu’on touche à la santé il faut vraiment faire l’effort d’aller vers les gens sérieux (et disons que bienveillant, c’est le bonus!)

    • […] et des noms latins au beau milieu des phrases ! Vous allez croire que c’est une technique façon gourou d’internet… mais en fait c’est important. Car des Hélichryse, il y en a plusieurs. Disons qu’on ne peut […]

    • Valérie

      Bonjour Cécile
      c’est avec beaucoup d’attention que j’ai lu votre article tout m’a semblé évident et clair ;cependant je souhaiterais revenir sur le sujet de l’appellation “aromathérapeute” dont la discipline n’est pas reconnue en France n’est ce pas .? Ma question est pourquoi préférer une appellation de type “conseiller en “… quelque chose qui n’est pas reconnu .
      D’autre part la précision de type “non conventionnel” qu’utilise nos confrères ou sœurs de type art thérapeute ou musico…..se conçoit dans ce sens ou il y a des thérapeutes diplômés et reconnus en France (heureusement!!) idem pour les masseurs qui précisent “de bien être “ou “non thérapeutique” .Mais nous les aroma on ne fait de concurrence à personne ……

    • lucbor

      Bonjour Cécile.
      absolument d’accord avec ton article. on doit utiliser l’aromathérapie comme on utilise l’automédication. elle ne doit jamais remplacer un traitement en cours ou traiter une pathologie non définie par un médecin et sans son accord.
      Bravo pour ton blog!
      amicalement

      • Cécile MAHE

        Merci lucbor! Ravie de voir qu’on est sur la même longueur d’onde 🙂

    • Corinne

      Bonjour Cécile,
      Merci pour ton article plein de bon sens. Tu as très bien écrit ce que je pense en tout point. Personnellement, je suis infirmière à domicile et me forme tout doucement à l’aromathérapie dans le cadre de la formation obligatoire pour les professionnels de santé. (j’en profite, c’est gratuit et de très bon niveau!), en plus de la consultation de ton blog ,de mes lectures….Je vois de nombreux patients et je me permets de leur donner des conseils, surtout pour les petits bobos du quotidien (une fois le diagnostic posé) pour utiliser les huiles essentielles en complément de leur traitement. Je leur fais parfois une petite fiche à soumettre à leur médecin (ce qu’ils ne font jamais!!) et pharmacien. Nous avons la chance d’avoir dans notre village un pharmacien expert en huiles essentielles qui me disait préparer chaque jour une vingtaine de remèdes à base d ‘HE. Je le rencontre souvent et nous échangeons sur mes “petites fiches”. Ainsi, j’ai plaisir à partager mes connaissances en dehors du strict cadre familial car sinon, je suis frustrée d'”engranger” sans conseiller!
      Je me suis aussi formée en cosmétiques naturels auprès de Christine Cuisiniez d”Oléassence: j’ai beaucoup appris sur l’utilisation des HVet HE en cosmétique, et en ce moment, je cogite énormément pour trouver un moyen de faire partager mes connaissances, la législation étant très contraignante (et c’est normal)…
      Je me suis renseignée auprès de nombreuses écoles qui délivrent des certificats d’aroma…Toutes ces écoles précisent bien ( ‘en tout petit à la fin…) que l’aromathérapie n’étant pas reconnue en France, leur certificat n’autorise pas la pratique! Je suis choquée de voir les prix parfois indécents de ces formations!
      Conseiller, soutenir, accompagner, partager ses connaissances: OUI! Diagnostiquer, prescrire, rendre dépendant de soi une personne en recherche de solution: NON. La frontière doit être limpide!
      Voici une phrase qui me guide: “observer la nature et humblement s’inspirer de ses trouvailles”
      .Belle journée. Au plaisir.Corinne
      PS: je ne suis pas du tout douée pour écrire aussi, mille excuses pour le pavé indigeste!

      • Cécile MAHE

        Pas douée pour écrire? Non, c’est une blague! J’ai tout lu et j’adore. C’est génial que les professionnels de la santé s’y mettent parce qu’effectivement vous avez accès à une formation pro et quelle chance d’avoir un pharmacien pareil. C’est génial d’aiguiller les gens vers quelque part, plus de bien-être pour soigner les bobos qui les embêtent, minent le moral. J’admire dans ton cas le fait de rester dans le droit chemin. Car en étant directement en face des gens ça doit être encore plus difficile. Si tu veux partager ton savoir, n’hésites pas à le faire sur le blog. Ou même à écrire un article, je t’ouvrirai les portes avec grand plaisir parce que contrairement à ce que tu penses tu écris super bien, avec des petites anecdotes et ça c’est top. A bientôt Corinne!

        • Corinne

          Bonjour Cécile,
          Merci pour ton message qui me va droit au coeur!
          Ravie que tu m’ouvres les portes de ton blog pour des petits billets de passage. Je m’y aventurerai avec plaisir.
          J’ai pas mal de formules à partager et te les soumettrai si cela peut intéresser tes lecteurs.
          Je fabrique mes petites formules en utilisant les huiles végétales non pas comme des excipients pour diluer les huiles essentielles, mais comme des actifs ciblés en complément de l’action des HE. C’est passionnant !
          Merci encore et bonne journée
          Corinne

Leave a Reply to walaine Cancel Reply

Your email address will not be published.