Allez, cette semaine, on s’attaque à une huile essentielle qui présente des contre-indications. Oui, c’est vrai, je coupe court à tout suspense, mais c’est parce qu’on se connaît bien la sarriette et moi. Je ne peux pas toujours faire des fiches sur des huiles essentielles 100% safe avec 0 contre-indications et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes aromatiques.

Non, les huiles essentielles « dangereuses » existent aussi. Il faut les connaître aussi. Et les apprécier à leur juste valeur aussi. Pour pouvoir les utiliser et profiter de leur bienfaits parce que Félicie… au-ssi ! (aha, j’ai mangé un clown ce matin, alors accrochez-vous, ça va pas être triste).

Composition de l’huile essentielle de sarriette des montagnes

Bon, je n’insiste pas sur le chémotype, là j’ai tout donné avec ma dernière vidéo. Si je ne vous ai pas convaincu de l’importance de cette info, je ne sais plus quoi faire.

Quoi ? C’est qui qui ose poser la question « c’est quoi un chémotype » ? Vous débarquez sur le blog ou quoi ?

Ah vous venez pour la première fois, bon, bah, bon, ok, ça ira pour cette fois, alors, mais qu’on ne vous y reprenne plus, hein. Le chémotype est avec le nom latin de la plante et la partie distillée l’une des trois infos que vous devez avoir quand vous utiliser une huile essentielle. C’est tout. 3 infos. Et le chémotype, c’est tout simplement la composition chimique. En général, sur les flacons de qualité c’est le composé ou les 2-3 composés majoritaires qui sont donnés.

Dans le cas de ma sarriette (oui, c’est la mienne, je la donne à personne, vous comprendrez mieux quand je vous raconterai tout sur ma vie, mes déboires dans le test de la semaine, où il sera aussi question d’un drame personnel lié à une machine à laver…) voici la composition:

Composition de l’huile essentielle de sarriette des montagnes à carvacrol

Qu’est-ce que je disais ? La sarriette des montagnes. A Carvacrol. Oui, le carvacrol c’est THE composé majoritaire de la sarriette. Regardez plutôt :

  • Monoterpènes : apha et bêta-terpinènes (20%), paracymène (7-20%), etc.
  • Sesquiterpènes
  • Alcools non terpéniques
  • Monoterpénols (alcools monoterpéniques)
  • Esters terpéniques
  • Phénols : thymol, carvacrol (25-50%), eugénol
  • Oxydes terpéniques
  • Cétones
  • Composés azotés

Et c’est cool parce que ça nous permet d’aborder pour la première fois depuis le début du défi, une nouvelle famille de composés : les (attention, roulement tambour ultra-flippant)… PHENOLS. Oui, ces fameux phénols à la fois interdits en diffusion, dermocaustiques, qu’il faut éviter d’utiliser par voie cutanée et toxique pour le foie par voie orale. J’adore les phénols pas vous ?

Bon, c’est vrai, ça fait pas vendeur dis comme ça… En même temps, je ne voudrais surtout pas que vous fermiez la page en vous disant : bon ben celle-là elle est pas pour moi, je vais privilégier les huiles essentielles ou tout est en vert sur la fiche. Moi, je suis pas spécialiste, hein, je vais l’oublier celle-là. Car oui, les phénols font peur quand on les connaît un peu… mais ce sont les antibactériens les plus puissants qui existent au niveau des huiles essentielles, capables en performance de surpasser les antibiotiques du commerce sans développer de résistance. Et ça… ça vaut de l’or. Ca vaut à la sarriette de faire partie des huiles essentielles dont la valeur thérapeutique est considérée comme excellente, alors pas au même niveau que le Tea tree qu’on a vu la semaine dernière, mais juste derrière. Alors, vive les phénols ! Et on va voir comment les manier avec toutes les précautions nécessaires.

Les autres composés majoritaires ? Des monoterpènes, euh.. ben eux ils sont irritants par voie cutanée, c’est sympa, quoi. Et les alpha et bêta-terpinènes en particulier ont des propriétés cortison-like.

Non, allez, soyez cool, partez pas. En vrai elle a aussi pleins de qualités cette huile essentielle. La preuve, j’en suis à mon deuxième flacon et je suis pas morte (et non, mon humour pourri n’est pas dû à une sur-consommation de phénols, pfff).

Dangers et contre-indications de l’huile essentielle de sarriette des montagnes

Comme on l’a vu, on évite de l’appliquer sur la peau (ou alors, très très diluée et dans des cas très très particulier), on ne la diffuse pas et on la prend par voie orale avec les précautions qui s’imposent.

Allez, juste pour rire un peu (oui, je sais que c’est pas drôle), voilà ce qu’on trouve sur internet : saurez-vous trouver les erreurs?

sarriette-cie

Notamment, elle est déconseillée aux personnes souffrant de problèmes de foie puisqu’elle est hépato-toxique. Pour les autres, il faut l’absorber (diluée évidemment) avec une huile essentielle hépato-protectrice (essence de citron) pour compenser les effets négatifs. Le traitement pris ainsi devrait faire l’objet d’un avais médical et dans tous les cas est à prendre sur une durée limitée. Concernant les enfants : interdiction avant 15 ans!

Concernant les femmes enceintes et allaitantes : interdiction pure et dure.

Enfin, concernant les personnes souffrant d’hypertension… j’ai pu lire que la sarriette était déconseillée ici et là sur internet… dans mes bouquins rien de mentionné à ce sujet. Par contre, le thym à thymol oui. Or, la sarriette contient très peu de thymol, … En plus, vous savez quoi ? Le carvacrol est même utilisé pour traiter l’hypertension !!! Bon, du coup, c’est peut-être là qu’est le soucis : ça risque de générer des interactions avec vos médicaments si vous en prenez.

Propriétés de l’huile essentielle de sarriette des montagnes

Comme d’habitude, la composition nous renseigne sans aucun doute sur ses propriétés. La richesse en phénols en fait sans aucun doute une excellente ati-infectieuse, antivirale, antibactérienne, antifongique, antiparasitaire. Le carvacrol en particulier, en plus d’être l’antibactérien le plus puissant du petit monde des huiles essentielles est aussi un stimulant sexuel confirmé 😉

En plus, elle va avoir un effet immunostimulant. Et enfin, la présence de paracymène nous indique qu ‘elle aura un effet d’antalgique par voie cutanée.

satureja-montana-huile-essentielle

Credit photo: Nova

Voies d’utilisation de l’huile essentielle de sarriette des montagnes

Diffusion atmosphérique

Interdit. Pas touche. On oublie.

Voie olfactive

Oui. On ne peut pas la diffuser, mais on peut la renifler !

J’adore cette odeur ! Elle a vraiment exactement la même odeur que la sarriette séchée qu’on utilise en cuisine. Miam

En cas de fatigue physique pour profiter de ses bienfaits de tonique, stimulant. Elle redonne l’appétit, du courage et balaye le découragement. Mais pas avant d’aller dormir car elle est excitante. C’est la voie à utiliser en cas d’hypotension.

Voie cutanée 

Elle est dermocaustique, donc si on peut éviter, on évite. Notamment, on l’oublie pour les huiles de massage plaisir ou les cosmétiques. Avec la sarriette, on est dans le volet médical des huiles essentielles : l’aromaTHERAPIE.

Donc lorsque c’est nécessaire seulement elle peut être appliquée par voie cutanée mais très fortement diluée. 5 à 10% grand maximum. Les cas où elle peut être utile sont notamment en cas d’arthrose, rhumatismes, polyarthrite rhumatoide et de déchirure musculaire, en association avec d’autres huiles essentielles. On profite dans ces cas là des bienfaits antalgiques du paracymène. Mais je vous signale que ce n’est pas la seule huile essentielle qui en contient. Pareil pour l’utilisation sur les gales, mycoses ou psoriasis : d’autres huiles essentielles plus « dermo-friendly » et tout aussi efficaces pourront être privilégiées.

Seule exception possible : sur les verrues. On peut l’appliquer pure. Puisque évidemment le but est de les détruire. Associée à la cannelle, on peut appliquer une goutte d’un mélange 50/50 mais on veillera à ne pas dépasser de la zone. Pour protéger la peau autour, vous pouvez mettre une couche de crème que vous enlèverez ensuite avec un mouchoir.

Voie interne

La voie royale pour les phénols. Mais avec quelques précautions qui s’imposent. Et d’ailleurs, comme il faut que je vous le dise, je vous le dis : cette voie dois toujours faire l’objet d’un avis médical.

Bronchite, infections pulmonaires, grippe, entérite, infections intestinales, amibiases, cystite, urétrite, prostatite… partout où une bactérie se cache (et aussi les virus et les parasites), la sarriette ira la débusquer. Et même contre les amibes. Elle agit donc aussi bien sur la sphère digestive, urinaire, respiratoire…

Elle est même indiquée par Franchomme dans le cas du paludisme sur du charbon végétal.

Comment on la prend ? Dans de l’huile. Sauf si vous avez des gellules. Car si vous essayez avec du sucre, du miel ou autre chose vous allez avoir l’impression de perdre votre gorge et votre système digestif. Les phénols sont très très forts. Il vaut mieux le savoir avant. Donc 1 goutte dans une grande cuillérée à soupe d’huile, 3 fois par jour pendant 3 à 5 jours est en général ce qui est préconisé pour l’auto-médication. Pour les autres cas, voyez sur des ouvrages d’aromathérapie sérieux écrits par des médecins (Baudoux, Franchomme) ou avec votre médecin traitant.

Pour protéger le foie, il est conseillé d’ajouter une goutte d’huile essentielle de citron dans la cuillerée.

Évidemment, on pourra l’utiliser en cuisine pour remplacer les herbes si on n’en a pas sous la main.

Conservation

Les monoterpènes sont bien présents, donc rester vigilant.

Et vous? Allez-vous utilisez la sarriette? Exprimez-vous en commentaire!

ficheHE10sarriette

Recherches utilisées pour trouver cet article:satureja montana, sarriette des montagnes, danger sarriette des montagnes, sarriette des montagnes contre indication, sarriette des montagne, sariette des montagnes, profil chromatique sariette de montagne, huile essentielle saturea montana, huile essentielle de sarriette danger, he sarriette propriétés

    15 replies to "La sarriette des montagnes (satureja montana) : propriétés et utilisation presque sans danger"

    • Pierre

      Bonsoir. Une toux qui persiste depuis plus de deux mois j avais lu que la sarriette n été pas possible par voie interne et finalement je vois qu’on peut la prendre sur un sucre donc je me lance. J avoue je les pris a 80% entière mais tellement fort en bouche que j’ai cracher le reste et bus beaucoup d eau et depuis 10min je tousse plus mais me sens agiter donc la nuit va être longue je pense mais bon si ça me soigne tanmieu car depuis deux mois j’en peut plus. De plus jai la maladie de crohn donc du coup pour l inflammation ca devrais pas faire de mal. Je reviendrais mettre une commentaire dans 3j pour dire s’il y a de l amelioration.

    • Laurie

      Bonsoir ;et surtout HELP!!
      J’ai acheté récemment de l’HE de sariette pour une cystite, IMBUVABLE. J’ai essayé avec un comprimé neutre, avec du miel, avec de l’huile de paraffine. Rien à faire ça brûle c’est affreux… Avez vous une solution?
      Merci d’avance!

      • Cécile MAHE

        Bonjour Laurie, c’est une curieuse idée d’utiliser l’huile de parafine qui ne s’ingère pas…
        Dans cet article je parle d’huile végétale, huile d’olive par exemple, donc toute l’aide dont vous avez besoin se situe juste au-dessus! Vous pouvez également acheter des gélules d’origan toutes faites en pharmacie si vous n’êtes pas formée à l’utilisation des HE

      • Jessica

        Pour ma part, lors de mes cystites je m’en mets une goutte dans un peu d’huile végétale à badigeonner sur le bas ventre. Rapide et efficace

    • Jessica

      Bonjour merci pour ses conseils, comment l’utiliser en olfaction ? Su un mouchoir ? Combien de gouttes pour une utilisation sans dangers ?

      • Cécile MAHE

        Bonjour Jessica, c’est une bonne technique, de cette façon c’est une HE très dyamisante. Pas de soucis de surdosage par cette voie 🙂

    • Muriel

      votre descriptif m’a bien intéressée. Je souhaite résorber enfin une ulcération locale de la peau que je traine depuis trois ans. Le médecin ne trouve pas ce que c’est. Je commence à penser que c’est peut-être un impétigo à staphylocoque doré. Si c’est cela, il faut que je détruise la bactérie staphylocoque. Il ya beaucoup de sarriette vivace dans mon jardin. Puis-je faire une cure intensive de tisanes? L’huile essentielle sera-t-elle plus efficace?

      • Cécile MAHE

        Bonjour Muriel, non bien sûr, utilisez celle de votre jardin! Ce sera moins agressif et il y a davantage de choses dans la plante entière que dans la seule partie aromatique, l’HE! Attention cependant à ne pas dépasser une cure de 15 jours, 3 semaines car même en tisane, thym et sarriette peuvent s’avérer hépatotoxique (foie)

    • EDWIGE MEIFFREN

      La Sarriette mon amie ! Plus d’infection urinaire depuis que j’en ai toujours en réserve.

    • michelle

      Votre site est absolument génial , très documenté et très attractif j’adore!
      J’utilise HE de sarriette comme insecticide et fongicide pour mon jardin que je dilue au préalable dans du lait d’argile ou du savon noir ( 20 à 25 gouttes par litre d’eau)

      • Cécile MAHE

        Bonjour Michelle, merci! C’est super intéressant ça, j’aimerai beaucoup développer cet aspect sur le blog, les he au jardin, mais je manque de source. Pouvez-vous développer? Sur quels insectes est-ce efficace? Ca ne nuit pas aux auxiliaires? Merci d’avance pour les précisions 🙂

    • Séverine JEANNIN

      Bonjour,
      j’ai utilisé cette huile essentielle dans ma machine à laver (4 gouttes), car je n’en avais plus au citron. Le linge lavé sent assez fort la sarriette ! Je lave des vêtements d’enfant et de bébés, est-ce sans danger utilisé dans la machine ? Merci !

      • Cécile MAHE

        Bonjour Séverine, je ne pense pas que ce soit dangereux, car 4 gouttes pour une machine à laver c’est très peu. Ceci dit, si l’odeur est réellement incommodante, surtout pour les bébés très sensibles (odeur des phénols irritantes pour la sarriette), il vaut mieux relaver.

        • Séverine JEANNIN

          Merci ! Je dirai que l’odeur est plutôt très agréable ! Je m’inquiétais surtout si l’odeur et/ou “l’imprégnation” du linge qu’ils portent à même la peau était dangereuse pour mes bébés.

Leave a Reply to Cécile MAHE Cancel Reply

Your email address will not be published.