Il y a ceux qui ne jurent que par leur doliprane et leurs cachets de toutes les couleurs. Et on est cernés, c’est une majorité écrasante. Mais il y en a d’autres qui regardent un peu plus loin. Les mauvaises langues disent loin derrière, dans le passé et les remèdes suranés. Moi je dis loin vers l’avant et vers l’avenir d’une pharmacopée qui ne nous a pas encore livré tous ses secrets. Qui même éveille les convoitises de ceux qui voient dans la possibilité de breveter le vivant des profits faramineux.
Parmi ceux qui regardent au loin, les déçus des médocs, les repentis du cacheton, les explorateurs d’autre « chose ». Les gens qui tâtonnent, qui sentent qu’il y a une voie pour eux par là, par les plantes. Mais quoi? Comment? Par où commencer? Comment tirer le premier fil de cette pelote qui ressemble à un brouillard dès qu’on y met le nez?
Pas facile entre les bonimenteurs et vendeurs de miracles, entre ceux qui agitent l’épouvantail des dangers des plantes pour se soigner, les différentes approches, scientifiques énergétiques, quantiques ou autres trucs en « -ique », oui il y a un hic! Qu’est-ce qui vous attire vous dans ces eaux troubles? Qu’est-ce qui vous pousse à surfer des heures sur internet, à dévorer des dizaines d’articles (sur Plante Essentielle), à comparer des formules, à acheter ce livre, un de plus, sur lequel vous êtes tombés en vous baladant à la librairie?

Je l’ai vécu, je sais quelle impression ça fait, comme si on tenait quelque chose sans savoir quoi, comme « sur le bout de la langue »une mémoire, des bribes de ce qui fait du bien à notre corps, de ce qui lui permet réellement de se régénérer, de se soigner, de se relier à ses racines et à la nature. C’est un sursaut de vitalité quand cet élan fait enfin surface après avoir été étouffé. Il se manifeste de façon un peu subliminale, parfois par la bouche des proches, qui remarquent un intérêt pour les plantes médicinales, pour les flacons d’huiles essentielles, pour ces ateliers dont vous épluchez le programme…

Pour certains cet élan contrarié par les impératifs de notre société, il est un peu plus enfoui que pour d’autres ou les difficultés de la vie, les expériences n’ont pas permis de le faire jaillir, car on ne va pas se mentir: se tourner vers autre chose que l’allopathie, les pétromédicaments, et tout ce dans quoi on a grandi et évolué comme étant LA normalité, ça demande une sacrée prise de conscience ou une grosse désillusion avec des ennuis de santé qui ne sont pas adressés par notre système de santé. Ignorés. Boudés. Alors il faut du courage face à une société qui ne se lasse pas de dénigrer la phytothérapie et l’aromathérapie, tantôt comme quelque chose de démodé, ou au contraire comme une mode de bobo urbain, ou comme une médecine de seconde zone ou comme un truc ésotérique. Que du blabla!

A lire en complément:  C'était écrit... (Joyeux anniversaire Plante essentielle!)

Ce courage de se lancer, cette énergie, pour moi ça a été il ya presque 20 ans maintenant (ça nous rajeunit pas tout ça, pfiou), celle du désespoir. Celle qui n’a plus rien à perdre à tester autre chose. Et elle a besoin d’être soutenue. Elle a besoin de cette certitude que c’est la bonne voie. Elle a besoin de la confiance de savoir qu’au bout du compte, il y aura du positif, du changement, de l’efficacité et une meilleure vieCette énergie, elle a besoin d’être transmutée en une énergie 100% positive, tournée vers une réappropriation de sa santé en lien avec la nature. Cette énergie, elle a besoin de la certitude que ce n’est pas du blabla, mais que ça repose sur du solide, du concret. Et cette confiance, elle fait parfois défaut. Un échec avec les plantes, une parole blessante d’un proche, la peur de ne pas faire correctement et patatras, c’est la fin de l’aventure. Retour à la case départ et adieu la solution tant attendue, la renaissance, une vie qui change, une passion nouvelle qui vous porte. Inviter les plantes à entrer dans votre quotidien avec confiance, sécurité et efficacité, c’est aussi ça la formation Maîtrisez les pouvoirs des huiles essentielles!

Je vais partager avec vous cette semaine, juste avant la rentrée et les inscriptions qui démarrent le 29 mai les 3 clés de la confiance pour votre pratique de l’aromathérapie. Pour vous soutenir dans votre démarche, pour soutenir cette étincelle qui vous pousse dans la direction des plantes de manière irrésistible. Parce que c’est important. Parce que c’est la vie, tout simplement. On se retrouve pour une première vidéo et une première clé de la confiance ici (lien d’inscription).


Leave a Reply

Your email address will not be published.