Emmener ses huiles essentielles en avion!

C’est un article qui complète celui sur le stockage des huiles essentielles. Quand on part en vacances, ou en déplacement, il n’est pas toujours possible de respecter les bonnes pratiques: comment garder ses flacons droits? Y a-t-il des risques de fuite? Les rayons X détériorent-ils les huiles essentielles? En soute ou en bagage en main?

Voici les meilleures solutions compte tenu des contraintes et des choix qu’on a!

Les huiles essentielles en soute ou en cabine?

Tout d’abord, sachant que nos flacons sont en général d’une contenance de 10ml, nous avons la possibilité de les prendre en cabine (la limite est de 100ml), pour peu qu’ils rentrent dans un sachet zip de 1litre au total. J’ai déjà vu une personne ne pas réussir à faire rentrer tout ses flacons cosmétiques dans le sachet fourni par l’agent de contrôle, impossible de négocier, elle a du abandonner un déo! Donc ne jouez pas avec le feu!

huile-essentielle-avion-cabine

Il n’est pas nécessaire qu’ils soient apparents dans le plastique. J’utilise depuis plusieurs années les pochettes de Cocotte créations et je n’ai jamais eu à les sortir une seule fois.

Mais me direz-vous, dans ces conditions, pourquoi ne pas mettre les huiles edssentielles en soute histoire de ne pas être embêté avec les contrôles?

Parce qu’en soute, ça fait pshiiit. Pendant mon dernier voyage, j’ai eu l’occasion d’échanger avec d’autres voyageurs sensibilisés aux huiles essentielles. L’une d’elles m’a parlé d’un soucis récurrent qu’elle avait: ses flacons fuient systématiquement lorsqu’elle voyage. Au point de perdre la moitié du contenu! Je suis restée interloquée et j’ai demandé où elle lesmettait: en soute bien sûr! A ne jamais faire. NE METTEZ JAMAIS VOS HUILES ESSENTIELLES EN SOUTE à moins d’y être obligé. 

Alors pour quelle raison il y a une telle différence entre la soute et la cabine, je l’ignore, je n’ai pas de spécialisation en aérospatiale. Je pense que c’est davantage une différence de température que de pression, un peu plus froid. Et aussi un traitement des bagages pas toujours délicat (j’ai quand même récupéré lors d’un Paris-Lorient mon sac percé de part en part!). 

Cependant, parfois, on n’a pas le choix. Ca a été le cas quand j’ai déménagé ma collection d’huiles essentielles en 2019. Impossible de glisser 60 flacons dans un sachet de 20cm*20cm. Elles ont donc voyagé en soute sans dommages (4 vols différents). Ce que j’ai fait, c’est que j’ai pris une boîte où elles tenaient toutes debout (voir la photo). J’ai vérifié la fermeture des flacons un par un. Soyez vigilants sur les bouchons « sécurité-enfant »qui peuvent facilement être mal refermés. En cas de doute, transvasez dans un flacon neuf. J’ai mis du coton et de l’essuie-tout pour caler tout ce petit monde et absorber en cas de fuite. J’ai emballé le tout dans un sac poubelle (en cas de fuite) et j’ai déposé la boîte au fond du sac de voyage (une valise tissu avec fond rigide). La valise couchée, en position normale contenait donc mes flacons tous parfaitement debout et c’est ça qui est super important. Mes flacons les plus précieux (coût, rareté) étaient en bagage-main.

huile-essentielle-soute-voyage

 

Mais… dernière objection possible… les appareils servant à contrôler le contenu des bagages cabine, les rayons X, seraient d’après certains de mes lecteurs responsables d’une détérioration des HE. Dans un autre registre, j’ai lu le témoignage d’une personne persuadée que les graines Kokopelli qu’elle fait venir illégalement en Martinique sont incapables de germer parce qu’elles ont été bombardées de rayon X avant d’arriver. Bon, là, les amis, je ne vais pas me lancer dans un argumentaire, c’est de l’ordre de la fake news, de la pure croyance. Mais si ça peut vous inciter à mettre vos HE en cabine malgré tout, sachez que les bagages soutes passent aussi au crible des rayons X. Eh oui… je sais, je suis cruelle…

Des huiles essentielles soumises à des températures extrêmes

C’est pas très bon, on le sait. Surtout le chaud. A titre personnel, je n’ai pas de preuve sur la question mais c’est un constat olfactif, je trouve que ce sont les huiles essentielles à phénols qui apprécient le moins d’être chauffées. J’en avais eu la preuve avec ma sarriette passée en machine à laver au cycle 40° (ne me posez pas la question, c’est une histoire terrible). J’en ai eu encore récemment la preuve avec une erreur de débutante avec mon origan qui a perdu en piquant. Le fait est que je n’ai pas réfléchi quand j’ai suivi le mouvement et donné mon sac de voyage qui a rejoint les autres valises… sur le toit du taxi, sous une bâche noire, en plein soleil, toute la journée. Quand j’ai récupéré mes effets, le mal était fait! On m’a expliqué que la température pouvait atteindre plus de 50°c là-haut… super… j’ai envie de me cogner la tête contre les murs! comment j’ai pu passer à côté de ça, bref, c’est en faisant des bêtises qu’on apprend- ou en lisant celles des autres!

A lire en complément:  Soigner une sinusite : huile essentielle à la rescousse ! (et un roll-on)

temperature-transport-HE

Une solution est de voyager avec des huiles essentielles moins sensibles aux températures élevées, moins sensibles tout court. On évitera donc d’emporter des essences d’agrumes ou des huiles essentielles de pins, riches en monoterpènes. Côté HE anti-infectieuses, on tablera sur les huiles essentielles à monoterpénols qui me semblent (je dis bien semble, là c’est mon expérience perso) moins sensibles, ainsi que les HE à cinéole. Après il est vrai que dans cette catégorie, j’ai privilégié des plantes des pays chauds, il y a donc peut-être un lien? (Cannelle, Géranium Bourbon et Saro ont très bien tenu le choc, la Lavande fine n’a pas bougé non plus, quand je dis « pas bougé », c’est olfactivement et gustativement, les seuls outils d’analyse que j’ai à ma disposition!).

Des huiles essentielles chahutées, la tête à l’envers

Là encore, comment faire tenir droites nos huiles essentielles alors que nos sacs sont baladés, virevoltent à droite et à gauche, sur le dos, par terre, couchés. Evidemment, elles ne seront pas 100% du temps dans des conditions optimales. Deux solutions. Soit vous êtes obsédé par la conservation de vos HE (ou vous vous trimballez en vacances avec du Santal, de la Rose et autres essences rares et chères): dans ce cas, vous pouvez emporter quelques gouttes dans un flacon plutôt que la totalité. Pour ma part, je pars avec mes flacons tel quel. Par contre, même si je sais que dans les journées de transport ils vont être chahutés, grâce aux pochettes de Cocotte créations (c’est fou, encore, je vous promet qu’elle me paye pas pour faire la promo!), j’ai la certitude que toutes mes HE sont protégées de la lumière et la tête à l’endroit. Evidemment, vous pouvez opter pour d’autres systèmes, avant ça, je les baladais dans une petite boîte à thé en bois dans laquelle je pouvais en mettre 4 ou 5, mais il y a le problème du poids et de l’encombrement. Il y a aussi la solution de l’élastique pour les attacher ensembles par exemple.

Et encore une fois, il y a des choix à privilégier. Quand je voyage, je bannis les résines (myrrhe par ex dont vous pouvez voir une photo du flacon alors même qu’elle a toujours été bien conservée, c’est pour vous dire!) qui ont tendance à se solidifier, à attaquer le flacon déjà en temps normal, alors vous imaginez si elle se fait secouer! Pas vraiment la compagne idéale pour ce genre d’aventures.

huile-essentielle-voyage-transport

Finalement, transporter ses huiles essentielles, c’est aussi réfléchir à celles qui vont bien supporter la vie de nomade, c’est trouver ses compagnes de voyage idéales avec qui partager de beaux souvenirs (enfin, surtout les pires anecdotes en fait puisque quand elles sont de sortie, c’est en général qu’on a eu un pépin ahaha)!

Recherches utilisées pour trouver cet article:huiles essentielles dans un avion

    1 Response to "Transport des huiles essentielles en avion"

Leave a Reply

Your email address will not be published.