Le géranium Bourbon… comment dire, il y a un peu de nostalgie dans cette huile essentielle. C’est toute mon enfance sur l’île de la Réunion qui ressurgit à l’évocation de l’île Bourbon comme était autrefois appelé cette île de l’Océan Indien.

C’est donc tout naturellement que je me suis tournée vers là-bas pour trouver l’huile essentielle de géranium dans le cadre de mon défi, puisqu’il s’agit vraiment d’une production emblématique de cette région.

Cet article est écrit dans le cadre du #defi50 Tester 50 huiles essentielles en 50 semaines. Pour accéder aux deux autres articles, cliquez ici: L’huile essentielle de Géranium rosat ou Géranium Bourbon (Pelargonium graveolens). Pour en savoir plus sur mon défi: Le #defi50 pour sensibiliser au bon usage des huiles essentielles Faites le connaître!

L’huile essentielle de Géranium Bourbon de la distillerie du Maïdo

Toute petite je me souviens d’être allée là-haut, sur les hauteurs de l’île au Maïdo, pas loin du Piton qui porte le même nom. Si vous saviez les vues exceptionnelles qu’on a là-bas. Il peut faire frais à cette altitude, ne vous y trompez-pas ! Sur la route, il y avait d’immenses alambics fumant, entreprise fascinante pour la petite fille que j’étais.

La distillerie du Maïdo existe toujours. Fondée en 1986 (vous vous rendez compte, elle est presque aussi vieille que moi!), elle a été reprise en 1999 par Daniel Favre, dit Nanou le Savoyard. Puis en 2006, elle est reprise par Patrick Gibaud. Très réactif, mon petit colis est arrivé en un temps record ! Sur le site sont indiquées les huiles essentielles distillées sur l’île et différenciées de celles qui sont importées par le qualificatif « Bourbon », et ça j’aime quand c’est clair.

Concernant le flacon, tout y est : le nom latin (Pelargonium graveolens), le compte-goutte, une étiquette plastifiée (c’est à ça qu’on reconnaît les huiles essentielles produites dans les pays chauds où les étiquettes toutes fines en papier deviennent illisibles en quelques mois!) et la partie distillée. A ce propos, saviez-vous que ce n’est pas la fleur de géranium qui est distillée, mais les parties aériennes, tout simplement parce que les molécules aromatiques sont contenues dans des minuscules poils présents sur la plante. Je ne m’étais jamais posée la question ! Et c’est aussi pour cette raison que son rendement supérieur la rend beaucoup moins coûteuse que sa « cousine » la rose. Je dis « cousine » car leurs parfums ne sont pas si éloignés. C’est d’ailleurs pour cela qu’on l’a appelé Géranium « rosat ». J’y viens tout de suite mais avant ça, je précise qu’il y a également indiquées sur le flacon les principaux composés, et ça c’est pas si commun et fort utile !

composition-huile-essentielle-pelargonium-graveolens
Composition indiquée!

C’est marqué en tout petit « culture biologique » sur le flacon. Pas de sigle lié à une certification (?).

Le parfum envoûtant de l’huile essentielle de géranium de la Réunion

J’avoue que j’appréhendais. Des huiles essentielles de Géranium, avant celle-ci, j’en ai utilisé deux, une de Florame qui était bien mais sans plus et une très belle qui vient de Madagascar. Et si la réunionnaise n’était pas à la hauteur ? C’est vrai, je pourrais être déçue… j’en attend tellement d’elle !

Je n’ai même pas eu à ouvrir le paquet pour sentir l’odeur du géranium qui pointait au travers. Et quand j’ai ouvert la petite bouteille… franchement, j’ai été transportée. Et surprise aussi. C’est comme si elle avait plusieurs dimensions. Vient d’abord l’odeur fleurie, douce, puis une note plus verte, qui vient juste derrière et qui apporte de la fraîcheur dans ce parfum. Il y a d’autres choses que je suis bien incapable d’identifier et encore moins de décrire. Au-delà de l’effet madeleine de Proust que me procure le géranium, je trouve qu’elle offre un moment de sérénité, comme ça en reniflant au flacon. Elle est moins effrayante que la rose, plus « posée » que le citron. Je l’adopte.

Et si on comparait les huiles essentielles de Géranium ?

J’ai fait quelque chose que je n’aurais pas souvent l’occasion de faire, car je n’en aurais pas souvent « en double » : j’ai comparé. J’ai comparé celle-ci à celle de Madagascar. Cette dernière m’a semblé plus « lourde », et un peu moins riche en arômes comparativement. En regardant de plus près, on a d’un côté Geranium asperum qui vient de Madagascar et de l’autre Geranium graveolens qui vient de la Réunion… mais les deux s’appellent Géranium Bourbon ! Au niveau de la composition, elles diffèrent également très légèrement. Celle de la Réunion mentionne notamment l’isomenthone sur le flacon. Et c’est ce composé, présent dans celle de la Réunion et pas dans celle de Madagascar qui est à l’origine de l’odeur « verte » que j’ai décelée à l’ouverture. Les spécialistes lui associent une odeur de menthe verte. Je n’étais pas loin ! Je vais développer mon odorat avec ce défi. Le pire qui puisse m’arriver est de choper un rhume avant la fin:-)

huile-essentielle-geranium-maido
Petit détail sympa, le petit alambic sur le flacon qui rappelle d’où ça vient!

Pour lui rendre justice, il faut dire aussi que celle de Madagascar est plus vieille. Elle a déjà deux ans. Il est donc normal qu’elles n’aient pas la même odeur, ni la même couleur. Celle de la Grande île tire vers le jaune, tandis que ma p’tite nouvelle est verte très claire.

Bref, tout ça pour dire que… Ouf ! Le Géranium Bourbon de la Réunion est fidèle à sa réputation. C’est vraiment un très beau produit, que j’ai hâte de tester. Mais il faut aussi préciser que malheureusement, c’est une production qui connaît un fort déclin là-bas sans doute au profit d’un géranium meilleur marché et d’une main d’œuvre beaucoup moins chère. La qualité et une rémunération équitable ont un prix que tous les consommateurs ne sont pas prêts à mettre… pourtant quand on y réfléchit, 14€ les 10ml… est-ce vraiment cher payé sachant qu’il faut plus de 300kg de matière végétale pour produire 1kg d’huile essentielle de Géranium, sans compter le travail, pas seulement de la distillation mais de la culture, de la récolte…? Et puis, profitons-en pour soutenir cette production typique d’un de nos départements d’outre-mer !

Rendez-vous jeudi pour télécharger la fiche et si vous ne voulez rien manquer, likez la page facebook de Plante Essentielle ! ====>

Recherches utilisées pour trouver cet article:huile essentielle de géranium bourbon, ou trouver huile de saumon a ile de la reunion, huile essentielle gerarum bourbon le trouver a la reunion, geranium rosat plante ile de la reunion, geranium reunio, geranium de la réunion medecinale, geranium bourbon reunion, géranium bourbon Madagascar et Réunion, frabriquand dhuile à la réunion, extres de geranium reunion

    9 replies to "L’huile essentielle de géranium Bourbon de la Réunion (Pelargonium graveolens)"

    • […] L’huile essentielle de Géranium Bourbon: celle là beaucoup de personnes l’ont, c’est une HE très polyvalente, pourquoi était-le sur mon chevet? Top secret, je ne vais pas non plus tout vous dire, j’ai une vie privée. Parfois. L’action de l’huile essentielle de Géranium B. est moins spectaculaire que le Ciste, mais elle fonctionne aussi très bien. C’était l’occasion pour moi de la tester dans ce cadre là et ça a bien fonctionné. La preuve, ça allait beaucoup mieux instantanément. Bon, vous n’étiez pas là pour le voir, mais le Géranium est une HE dynamisante, elle m’a permis de reprendre un peu mes esprits et de me porter jusqu’à une chaise. Pour m’asseoir. M’enfin! Ça va pas de rester debout au milieu de la cuisine?!! […]

    • Héloïse

      Bonjour,

      Que pensez-vous de l’huile essentielle de géranium rosat proposée par la coopérative CAHEB (97430 Tampon)? Leurs produits sont-ils dignes de confiance?
      Merci par avance de votre réponse.

    • Eva

      Je viens de lire votre article sur le Géranium Rosat Bourbon. Vous parlez de la Distillerie du Maïdo et de Nanou le Savoyard. Eh bien j’ai eu l’occasion de faire sa connaissance en 2013 à Madagascar, où il est installé actuellement, et distille toujours des huiles essentielles, produit des huiles végétales et de nombreux autres produits délicieux. Chaque fois que nous allons à Madagascar pour suivre les projets de la petite ONG dont je fais partie, je fais une razzia dans sa boutique à Ambatolampy.
      Mais l’année dernière, comme nous partions ensuite à la Réunion pour quelques jours, je n’ai pas acheté d’huile de géranium, voulant tester celle provenant de la Réunion. N’ayant pu aller à la Distillerie du Maido, j’en ai acheté 2 flacons à la Pharmacie Grand Est à Ste-Suzanne. Il n’était indiqué sur le flacon que : Huile essentielle – Grand Est – Géranium – le No du lot et la date d’expiration. Sur le moment, je ne me suis pas posée de question. Mais de retour en Suisse je leur ai adressé un mail pour leur demander de quel type était leur HE de géranium. Ils m’ont répondu que c’était bien du Géranium Rosat, mais qu’il provenait d’Egypte. J’avoue que j’étais déçue de ne pas avoir un produit de la Réunion. N’y a-t-il pas d’obligation de mettre plus de précisions sur les flacons, surtout lorsqu’il peut y avoir confusion, les propriétés n’étant pas toujours identiques ? Merci d’avance de votre réponse

      • Cécile MAHE

        Bonjour Eva, merci pour ce retour! J’avais fait une interview de Nanou, il ya un an (souvenir, souvenir) sur la chaîne youtube! Je suis vraiment désolée pour cette grosse déconvenue, malheureusement avec les huiles essentielles, chacun y va de son embouteillage et achat en gros et c’est parfois difficile de déméler le vrai du faux. C’est aussi ce que je dénonce sur le blog, sans en faire une obsession. C’est par contre inquiétant de voir ce type de pratique en pharmacie! Non, ce n’est pas normal de ne pas avoir le nom latin et la provenance. La date d’expiration, c’est une info qui sert souvent peu, mais la date de mise en flacon est importante. Bref… quand on voit ça, à moins d’avoir les infos en direct auprès du producteur, on n’achète pas et on s’enfuit très loin 🙂 Les seuls flacons que j’ai comme ça sont des produits que j’ai pris en quantité, directement à la ferme. Pfff

    • Le Grand Marché 974 -

      Brulé sur du charbon, c’est très efficace pour chassé les mouches !

      • Cécile

        Merci pour cette précision… mais il s’agit bien de la plante pour ceux qui passeront par là, ne jamais brûler d’huiles essentielles bien sûr 😉

    • Christine

      J’attends avec impatience l’utilisation de cette huile essentielle de. Géranium car je ne connais ces plantes que dans les pots sur les balcons des mamies

      • Cécile

        ah ah! Je sens une pointe de dédain pour ce pauvre géranium des balcons… il a quand même, pour certaines espèces le mérite d’éloigner les moustiques alors, les mamies avaient peut-être pas tort! Rendez-vous ce week-end pour les résultats de mes tests!

Leave a Reply

Your email address will not be published.