Aïe pas facile d’en parler.. Bon l’infection urinaire, ça va encore, mais là, les champignons qui peuplent les recoins intimes et qui gratouillent à n’en plus finir, c’est définitivement tabou, cher lecteur notre relation ne sera plus jamais comme avant après cet article que je me décide enfin à publier (écrit le 20 janvier quand même!).

D’ailleurs, combien souffrent en silence plutôt que d’aller consulter? Bon, eh bien je me lance, après tout, je sais que je suis votre cobaye favori… Première mycose. Il fallait bien que ça arrive. Je ne sais pas comment c’est arrivé… Enfin, si, je mens, je sais exactement ce qui s’est passé, mais je ne veux pas en parler. Tellement je ne voulais plus en entendre parler, après une éradication en un temps record grâce aux huiles essentielles en novembre, j’ai fait une erreur stupide qui a permis son retour en janvier: ne réutilisez pas une cup en plastique pour vos menstruations après avoir eu une infection! Si vous êtes un homme ça va de soit que cette anecdote ne vous concerne pas. A moins d’être sûre qu’elle est clean. Certainement, ça ne devait pas être le cas… Erreur fatale. Il a fallu tout recommencer.

Ok, ok, cette fois promis, non seulement j’en parle à mes lecteurs préférés, pour qu’il arrêtent de souffrir, car après tout, c’est plutôt rapide et efficace de s’en débarrasser de cette mycose. Mais aussi, je traite la cause psychologique, car elle n’est pas arrivée comme par magie. J’ai certainement déjà rencontré des champignons, mais ils ne s’étaient pas sentis les bienvenus pour s’installer comme aujourd’hui. Bref, qu’est-ce qui tout d’un coup a rendu le terrain si favorable? Un changement de savon? Un changement de partenaire? Un changement d’alimentation (merci le sucre)? Ah qui sait, la vie est un mystère…

aromatherapie-mycoses-genitales

L’aspect énergétique/ psychologique de la mycose

Ca m’a refait penser à un passage d’un livre que j’ai relu pour l’occasion: Femme désirée, femme désirante de Danièle Flaumenbaum. Elle associe ces démangeaisons de mycose à un excès de feu, une énergie au niveau sexuel qui ne sait pas comment se libérer. Je ne vous cache pas que l’analogie me parle au moment où j’écris ces lignes avant noël (oui, je me suis offert une mycose en cadeau de noël, je manquais d’idée pour clôturer cette abominable année 2019).

Et c’est là que ça devient intéressant, car en reprenant la même huile essentielle utilisée pour m’en débarrasser une première fois en novembre, je réalise qu’autre chose c’était passé. Et je n’avais pas du tout fait le lien. J’ai utilisé une autre huile essentielle à cette période pour mes méditations olfactives et elle a certainement eu elle aussi un impact que j’ai négligé. Je n’ai pas souhaité poursuivre le travail avec elle (je ne l’aime pas, elle me secoue trop, c’est le Fragonia)… pourtant, quand je reprend mes notes, la mycose avait cessé dès le lendemain de son utilisation en olfaction… hasard ou coïncidence je n’utilise pas d’approche énergétique pour cette deuxième tentative.

Je refais l’essai.

Les huiles essentielles pour une mycose génitale

4 à 5 fois par jour, j’ai appliqué une huile au géranium rosat à 30% (vous pouvez réduire si ça brûle trop; à moins, malheureusement, le soulagement est inexistant…en ce qui me concerne, j’avais commencé bien plus dilué et j’ai ajusté). Je ne vous cache pas que sur les muqueuses à cette dilution là, il vaut mieux être sûr de la qualité de votre HE et « régler » la dilution en fonction de votre ressenti car le but n’est pas de créer des lésions et donc de favoriser une surinfection, ce serait quand même dommage.

huiles-essentielles-mycose-genitale

Je supprime le sucre qui est déjà peu présent dans mon alimentation. (Sauf pour le pain au chocolat et les fruits frais du dimanche matin…. Vous saurez tout de ma vie trépidante!)

Comment appliquer. Je le fais avec le doigt directement. Mais il est aussi possible de faire les choses de manière plus posée, en préparant des tampons imbibés de solution ou encore des ovules. C’est aussi à voir en fonction de la localisation des gratouillis.

Je masse également le bas ventre avec la même solution pour potentialiser les effets et je prends de la sarriette par voie orale. Oui, ça fait beaucoup, mais l’idée est bien sûr de ne pas laisser s’installer tout ce petit monde à domicile. Donc on attaque avec force et détermination.

Résultats du Géranium Bourbon sur la mycose génitale

Pour moi ça a été réglé en une semaine. J’ai conscience qu’on parle en général d’au moins trois semaines pour une mycose, voire qu’on est censé s’y faire et traîner ça à vie comme une espèce de maladie honteuse récidivante… mais c’est à chacun de voir en fonction de sa propre situation. Vous pouvez décider que c’est fini! J’ai poursuivi 3 jours après arrêt des démangeaisons qui avaient cessé au bout de 5 jours. C’est vraiment exceptionnel comme résultats, et ce n’est pas un conte de fée: c’est possible!


    7 replies to "Mycoses génitales et autres infections intimes (huiles essentielles)"

    • Michele

      Bonjour àvous Cecile merci pour toutes ces explications. Y aurzit il moyen d zvoir le bon dosage? J ai de la sarriette dans mon potager, puis je l utiliser mais comment, en infusion? D avance un tout grand merci pour tout ces renseignements…la synergie utilisee, avec quel huile essentielle de lavande; l officinale? Bonnr journée à vous

    • Dominique (des alpes)

      Bonjour Cécile et merci pour cet article, comme d’habitude bien mené.
      Ma question est de savoir si le lichen plan rentre dans les mycoses dont tu parles. ?

    • cosano

      bonjour cecile
      tu l as pris a que posologie la sarriiette des montagnes et a quelle duree merci d avance

    • Pascale

      Perso les mycoses apparaissaient après des traitements antibiotiques mais vu que je n en prends plus depuis des années (quand on s est formé en aroma ça aide vraiment….).
      Il a tout de même fallu passer par un rééquilibrage de la flore intestinale…. Important ça aussi.
      Bon si le terrain n’est pas trop miné, juste les huiles devraient suffire

      Je voulais surtout intervenir par rapport au tampon imbibé d huiles essentielles….. Trop bof… Les tampons sont imbibés de tant de produits chimiques que je suis contente d être en pré menaupose pour ne plus avoir besoin d en mettre….
      Je crois que c’est une vraie fausse bonne idée le tampon avec les huiles essentielles.

      En tout cas merci à toi

    • CHRYS RENNEAU

      Bonjour Cécile!!!
      Pour les mycoses génitales, je fais des ovules vaginaux; je peux si tu le souhaites t’envoyer la recette sur ton mail privé, ensuite, tu communiques si tu veux… Néanmoins, aussi tu peux consulter dans la bible “l’aromathérapie exactement” la page 290.
      Comme je t’ai déjà dit, je lis tes publications, mais pas toujours le temps de laisser des commentaires!!!
      Merci Cécile pour ton travail sincère, attentif et toute ton expérience appliquée!!!
      Tout pour le meilleur!!!
      CHRYS

    • Véro

      Merci Cécile pour cet article ! Je sors aussi de quelques mois de lutte contre la mycose vaginale pour moi et de la zone de change pour ma petite fille de 2 ans. Et c’est aussi l’huile essentielle de geranium bourbon qui nous en a débarrassé (en synergie avec Tea Tree et Lavande Vraie (pour calmer l’inflammation) en moindre mesure).

      Si mes sources sont exactes l’huile de coco est également antifongique, tous mes mélanges l’avaient comme base. Je l’ai même utilisée seule un moment à cause d’un soupçon de début de grossesse.

      On a même trouvé une solution toute simple pour calmer momentanément les démangeaisons… Une bassine, de l’eau et une cuillère à café de bicarbonate par litre d’eau. Les fesses dans la bassine, on a vu plus glamour mais c’est radical pour calmer la zone

Leave a Reply

Your email address will not be published.