En voilà une huile essentielle qui, comme Fragonia, est encore peu documentée. Pour trouver des informations, ce n’est pas vers les livres qu’il faut se tourner, mais bien vers internet et son foisonnement de mauvais conseils en tout genre. Et si on fait le tri, ça donne quoi ?

Raccrochons nous déjà à ce qui est sûr. Cet arbre endémique de Madagascar (on prononce « aïe » à la fin) fait partie de la famille… euh… même ça c’est sujet à polémique on dirait. Les Cedrelopsis n’existent qu’à Madagascar… et les botanistes ont longuement hésité à les coller dans la famille des Rutacées ou des Méliacées. Avant de décider qu’en dépit de fortes ressemblances au niveau du pollen, non, décidément, nos sept Cedrelopsis (oui, tout ça pour 7 arbres seulement !) ne pouvaient pas entrer dans les cases. Ils faisaient donc partie de la famille des Ptéroxylacées, jusqu’il y a peu. Mais ça … c’était avant car finalement, nos Cedrelopsis ont été remis dans la case Rutacées. Peut-être à cause des quelques coumarines inhabituelles qui ont fait la une des journaux en 2002. Enfin… des journaux scientifiques, hein, c’est pas le genre d’info qui passionne les lecteurs de Paris Match.

Dernière info importante : une fois de plus, attention au nom commun « Katrafay » car en réalité tous les Cedrelopsis de Madagascar sont appelés comme ça !! Hum…

Composition de l’huile essentielle de Katafray

ATTENTION. Une étude du CIRAD réalisée en 2008 met en évidence la grande variabilité au niveau de la composition chimique de cette huile essentielle selon la zone où les écorces sont distillées. Ainsi, 4 chémotypes différents ont été identifiés !!!! Dès lors, peut-on réellement parler d’UNE huile essentielle de Katrafay ? J’en doute ! Il est INDISPENSABLE d’avoir la composition de votre huile essentielle avant achat, ou au moins son chémotype (constituant majoritaire).

huile-essentielle-katafray

Le premier chémotype est caractérisé par une richesse en Sélinène (3.4-17.2%) et en Eudesmols (9.9-37.8%) Le deuxième est riche en alpha-pinène (2.1-30.0%) et en copabornéol (4.7-20.0%). Le troisième est dominé par l’alpha-copaène (5.9-11.8%) et l’ishwarane (13.7-22.1%). C’est en général celui-ci que l’on trouve dans le commerce. Le dernier est un chémotype à cadinènes (0.5-35.2%) et alpha-cadinol (0-6.7%). De plus des quantités extrêmement variables de alpha-bisabolol ont été trouvées dans les échantillons des quatre chémotypes.

Celui que je vais détailler est celui… de l’huile essentielle que j’ai en ma possession (Astérale, qui fournit l’analyse du CNRS) qui est le chémotype à ishwarane et alpha-copaène. Il est évident que ses propriétés ne seront pas transposables aux autres chémotypes. L’ishwarane peut monter jusqu’à 30%.

  • Sesquiterpènes (~50%) : ishwarane (19,48 %), alpha-copaène (7.51%), beta-élémène (7,29%), alpha-curcumène (3.81%), delta-cadinène (2.27%), beta-bisabolène (1.85%), beta-sélinène (1,69%), calaménène (1,56%), béta-caryophyllène (0.96%), alpha-humulène (0,47%)
  • Sesquiterpénols (~3%) : alpha-bisabolol (1,45%), lédol (1,18%), epi-cubénol (0,54%)
  • Monoterpènes (2%) : alpha-pinène (0,43%), beta-pinène (1,31%)
  • Oxydes (<1%): oxyde de caryophyllène

Une bonne tolérance cutanée est à prévoir avec une huile essentielle riche en sesquiterpènes. Elle fait penser au Patchouli auquel on aurait ajouté une pointe de Mélèze, à l’odeur.

Dangers et contre-indications de l’huile essentielle de Katrafay

La présence des pinènes laisse deviner une légère action cortison-like, utile pour le stress mais à proscrire chez les personnes souffrant de problèmes aux surrénales ou en cas de cancer hormono-dépendant.

Elle pourrait s’utiliser pure, comme un Patchouli ou un Cèdre, mais il est évidemment préférable de diluer l’huile essentielle de Katafray, comme toujours avec les huiles essentielles. Pour une action anti-douleur, sur les muscles ou les nerfs, une dilution à 20% est largement suffisante pour éprouver ses bienfaits.

huile-essentielle-katrafay

D’après certaines sources, elle pourrait être dermocaustique. Rien n’explique cette mise en garde. Éventuellement, si elle contenait du limonène, elle pourrait être irritante, mais ce n’est le cas dans aucune des analyses que j’ai pu consulter…

Il se dit que le Katrafay pourrait être photosensibilisant. Ce serait pas de veine avec un arbre qui pousse bien au chaud dans l’océan indien ! L’écorce contient effectivement des coumarines, dont deux petites nouvelles qui ont fait la joie des chercheurs en 2002. Ces coumarines se retrouvent-elles dans l’huile essentielle après distillation ? Curieusement, il semblerait que non ! Ouf.

En l’absence d’un nombre d’informations suffisant (faible recul sur son utilisation), l’usage de cette huile essentielle est à déconseiller aux femmes enceintes et allaitantes ainsi qu’aux jeunes enfants de moins de 6 ans.

Propriétés de l’huile essentielle de Katrafay

Ce qui fait la renommée de cet arbre et de son huile essentielle, c’est son action anti-inflammatoire et antalgique. La présence des pinènes en fait une huile essentielle tonique, stimulante. La présence d’humulène lui confère une action anti-inflammatoire, anti-tumorale et anti-histaminique (contre les allergies). Enfin, comme dans le Patchouli, les sesquiterpénols sont là pour l’action décongestionnante sur le système veineux et lymphatique. Une huile essentielle prometteuse, donc, sur le plan thérapeutique !

Et hop! Une petite vidéo extraite de l’émission de Arte que j’adore “Médecine d’ailleurs” pour voir le Katrafay en pleine action:

Utilisations et voies d’administration de l’huile essentielle de Katrafay

Voie orale

Elle est déconseillée par cette voie. Disons, que comme l’Ylang-Ylang ou le Patchouli, il paraît curieux (et donc pas nécessaire) d’utiliser cette voie pour une huile essentielle qui va agir en massage sur de douleurs.

Voie cutanée

C’est une huile essentielle très intéressante pour les douleurs, notamment articulaires. Elle est indiquée en cas d’arthrites, de polyarthrites, de rhumatismes et contre les maux de dos, en massage sur la zone concernée.

En cas de fatigue, de convalescence, l’huile essentielle de Katrafay peut venir soutenir l’organisme grâce à son action tonifiante, à la fois sur le physique, mais surtout sur le psychique, fortement impacté dans le cas des douleurs chroniques par exemple.

En cosmétique, cette huile essentielle intervient dans les cas d’acné, de psoriasis ou d’eczéma, surtout lorsqu’il s’agit de réactions allergiques (éruptions cutanées).

Chez les enfants, le Katrafay peut être utilisé en massage sur le bas ventre au coucher pour résoudre les problèmes d’énurésie (pipi au lit) d’après Simon Lemesle (voir plus loin).

Enfin, elle peut intervenir comme décongestionnant veineux et lymphatique sur la sensation de jambes lourdes, les varices et les hémorroïdes.

katrafay-he-rhumatismes
Crédit photo: M. Rakotobe (?) sur http://www.forets-biodiv.org/formations/doctorants-en-cours

Voie atmosphérique

Rien n’empêche sa diffusion. Elle serait notamment utile pour les maux de tête par cette voie-là, en diffusion comme en olfaction. Une bonne alternative pour ceux qui sont rebutés par l’odeur de la Menthe poivrée (quelqu’un a posé la question récemment;)).

Aromathérapie énergétique de l’huile essentielle de Katrafay

Comme les autres huiles essentielles riches en sesquiterpènes, elle favorise l’ancrage dans le moment présent. Elle donne de l’allant aux personnes fatiguées, surmenées et permet de relativiser les soucis passés ou à venir. Simon Lemesle dans le livret téléchargeable sur le site d’Astérale ajoute “qu’en prenant le temps de découvrir cette huile essentielle par olfaction, une action très pénétrante sur la psyché apparaît en réveillant […] des émotions enfouies.”

Un peu d’écologie avec le Katrafray

huile-essentielle-cedrelopsis
Small tree, growing in native habitat
Photograph by: Peter B. Phillipson sur http://tropical.theferns.info

A noter : cette huile essentielle est issue de l’écorce des arbres, le plus souvent abattus pour la distillation (comme d’ailleurs pour le bois de construction, domaine où il est également prisé) dans un pays où la déforestation massive a cours. Mais un travail réalisé en 2014 (et où est citée l’IMRA que j’ai visité !) explore la possibilité d’écorcer les arbres, sans les abattre, pour une exploitation plus durable de la ressource. C’est pour cette raison que le Katrafay est parfois présenté sous forme de petites pelotes d’écorces séchées.

Car cet arbre, si aujourd’hui il n’est pas classé dans les espèces en danger a tout pour être menacé avec l’engouement pour cette « nouvelle » huile essentielle. Une production à partir d’arbre écorcé plutôt qu’abattu… un futur critère de choix pour nos achats responsables ?

Par ailleurs, une huile essentielle peut également être tirée des feuilles. Elle aurait des propriétés équivalentes dans certains cas et serait globalement plus riche en monoterpènes. C’est de plus cette huile essentielle extraite des feuilles qui a été étudiée pour son activité contre les cellules cancéreuses in vitro (attribuée à (Z)-β-farnesene) et l’activité antimalaria (1,4-cadinadiene). Elle a également montré des propriétés anti-inflammatoires. Pourquoi dès lors ne pas la préférer, je m’interroge ?

ficheHE33katrafay

Recherches utilisées pour trouver cet article:katrafay, katafray, huile essentielle katafray, Huile Essentielle Katrafay, katrafay huile essentielle, katafray huile essentielle, katrafay anti cancer, proprietes chimique dhuile essentielle katrafay, huile essentielle katafray tendinite, huile essentielle de katafray

    7 replies to "Huile essentielle de Katafray (ou Katrafay)"

    • Helene V.

      Bonjour Cécile 🙂
      Pour ma part, j’ai une HE de Katrafay de Madagascar qui d’après le bulletin d’analyse contiendrait 43.7% d’Ishwarane. Or je ne retrouve jamais autant de cette molécule dans les littératures. Les autres molécules principales: alpha-copaène (5.9%), beta-élémène (7,56%)
      Qu’en penses-tu?

    • Huile essentielle de Katrafay (Katafray) | Bien-être et Beauté

      […] Voir plus […]

    • L’huile essentielle de Katrafay – Pourquoi?

      […] » nouvelle originale […]

    • Corinne

      Bonjour Cécile,

      Aussitôt reçue, aussitôt essayée en synergie avec l’HE de Combava petit grain sur des douleurs assez vives de sciatique. Je ne peux pas juger de leur efficacité pour le moment, mais je vais continuer en massage (avec l’HV de Calophylle) . En tout cas, je suis enchantée par la qualité et l’odeur de toutes les HE de Madagascar commandées. L’HE de Saro me plait beaucoup aussi.
      Merci pour tout ton travail
      Bonne journée
      Corinne

      • Cécile MAHE

        Bonjour Corinne, super mélange avec le Calophylle qui est une huile végétale top pour les douleurs (anti-inflammatoire). Je ne connais pas le Combava, j’ai hâte d’avoir le bilan de ton expérience!

        • Corinne

          Bonjour Cécile,
          Bilan très positif! Diminution puis arrêt des douleurs en une semaine, en massage matin et soir. J’en suis vraiment contente, d’autant plus que j’ai continué à travailler (manutention de patients lourds, pansements dans des attitudes pas confortables…).Je précise que je n’ai rien utilisé d’autre à part de l’eau très chaude sous la douche.
          Bonne journée

Leave a Reply

Your email address will not be published.