Hier, j’ai créé une synergie à base d’huile essentielle de Nard… alors que je ne l’avais jamais utilisée, ni même sentie, le flacon n’était pas ouvert. Elle m’a inspirée pour une formule qui favorise le lâcher-prise et la confiance en ce que l’univers a prévu pour nous, et que nous cherchons parfois à accaparer plutôt que de le laisser se manifester tranquillement. J’ai longuement hésité avec le Vetiver que je connais mieux. Je n’avais pas conscience que c’étaient deux huiles essentielles tirées de racines puissantes. Puissantes, car le Vetiver sert en agriculture à retenir les terrains pour éviter l’érosion (rien que ça!) grâce à son puissant système racinaire. Le Nardostachys, lui a longtemps été pris pour une substance animale, tant ses rhizomes marron-rouge qui abritent sous l’écorce notre essence sont impressionnants et ressemblent à la queue d’une bête ! Une huile essentielle donc intrigante, qui me donne envie de quelques recherches supplémentaires et d’une nouvelle fiche.

Nardostachys_grandiflora
Incroyable cette racine!

On connaît les substances précieuses parmi toutes qui sont apportées par les rois mages, d’ailleurs à ce propos un lecteur m’avait fait remarquer l’année dernière au sujet de l’article sur la myrrhe que l’or évoqué comme troisième cadeau avec l’encens symboliserait plutôt une troisième plante ou gomme-résine, le benjoin peut-être, qui à cette époque étaient bien aussi précieuses, voire plus que l’or. Le Nard n’a pas été offert, mais il n’est pas pour autant exclu de la vie du Christ. Eh oui, lui aussi a son histoire biblique et pas des moindre. Le Nard devait servir le jour de sa sépulture mais c’est finalement la myrrhe qui a tenu ce rôle

« Nicodème, qui auparavant était allé de nuit vers Jésus, vint aussi, apportant un mélange d’environ cent livres de myrrhe et d’aloès.
Ils prirent donc le corps de Jésus, et l’enveloppèrent de bandes, avec les aromates, comme c’est la coutume d’ensevelir chez les Juifs. » (Jeann,XIX,40)

Mais six jours avant Pâques, à l’occasion d’un repas où était convié Judas, Marie-Madeleine oignit les pieds de Jésus avec ce parfum à grand prix et les essuya avec ses cheveux. Les chrétiens voient dans le Nard un symbole d’humilité. Ce que Gilles Gras dans son ouvrage Parfums sacrés ne manque pas de souligner avec une certaine ironie : le Nard provient de l’Himalaya, la chaîne de montagne qui abrite le mont Kailash, demeure de Shiva (comme d’habitude je mélange les religions, mais croyez-moi, quand on va faire un tour en Inde, on se rend compte que les limites sont floues avec le Christ qui serait en vrai l’avatar de Vishnu… bref). Mais c’est en faisant preuve de la plus grande humilité que l’on s’élève vers la sainteté après tout. Et comme on le verra à la fin de cet article dans le paragraphe sur l’aromathérapie énergétique, le Nard nous offre peut-être bien ce lien terrestre-céleste.

huile-essentielle-sacree-nard

Ceci dit, tous les théologiens ne s’accordent pas sur le fait qu’il s’agit bien de Nardostachys jatamansi (j’en reviens au repas, la Cène), notre Nard de l’Himalaya aussi appelé Spikenard, mais qu’il y aurait eu confusion avec la lavande aspic (aspic, spike-nard… ma foi…une explication ici) et du coup toutes mes belles histoires tombent à l’eau et je vous ai fait perdre un temps de lecture précieux, mais c’est aussi pour ça que vous m’aimez avouez-le. Donc venons en au fait et revenons à des sujets terre à terre, bien racinaire, mais sans les pieds de Jésus : la composition et les propriétés de notre huile essentielle de Nard ! Car je suis catégorique, l’odeur n’a rien à voir avec la lavande.

Composition de l’huile essentielle de Nard indien (Nardostachis grandiflora, N. jatamansi)

Eh oui car depuis l’Antiquité, les progrès fulgurants de la science nous permettent de savoir ce qui se cache derrière la magie de nos huiles essentielles, du moins d’en lever une partie du voile. Mais peut-être pas tout. Ce serait dommage de vivre dans un monde dépourvu de licornes et d’arc en ciel. On sera d’accord que ça ferait bien trop de mots alambiqués en -ènes et en -ol pour la vie courante.

  • Sesquiterpènes (60%) : calarène, aristolène, dihydroazulènes
  • Sesquiterpénols (15%) : valérianol, calarénol, nardol
  • Aldéhydes sesquiterpéniques : valérénal
  • Cétones sesquiterpéniques : valéranone, nardostachone
  • Acides : acide jatamashinique
  • Coumarines : coumarine

Avant d’entrer dans le vif du sujet, si vous n’avez pas sauté la lecture de toutes les molécules (ahah je vous vois, oui vous qui avez passé le passage fastidieux!!!), vous avez peut-être noté plusieurs noms faisant penser à la valériane, une plante médicinale bien connue dont on utilise aussi la racine comme sédatif ? Eh bien ça n’a rien d’étonnant, car le Nard fait aussi partie de la famille botanique des Valérianacées ! D’ailleurs, le Nard est parfois appelé « Valériane indienne ». Pour certains, l’odeur âcre du Nard rappelle un peu celle de la racine de Valériane. Pour ceux qui sont rebutés, je vous rassure, je ne trouve pas l’odeur de mon Nard aussi désagréable, bien au contraire ! Ceci dit, on retrouve dans l’huile essentielle de Valériane valérénal, valéranone…

huile-essentielle-nardostachys
Crédit photo: Ed Shaw, under CC 4.0

Dangers et contre-indications de l’huile essentielle de Nard de l’Himalaya

Plusieurs molécules doivent attirer notre attention, mais très vite, on se rend compte que tout roule avec le Nard. D’abord, la présence de cétones devrait nous rendre son utilisation particulièrement prudente en cas de grossesse ou d’allaitement : pas de risque inutile, même si ici il s’agit de sesquiterpénones, comme dans l’hélichryse italienne, donc moins agressives pour le système nerveux. Ensuite, la présence de coumarines doit nous alerter : y a-t-il risque de photosensibilisation ? Non, pas de furocoumarines à l’horizon, on peut se détendre. Au soleil. Donc on a ici une huile essentielle plutôt intéressante, sans limite majeure d’utilisation !

Propriétés de l’huile essentielle Nard jatamansi

La présence de tous ces « sesqui- quelque chose » la rapproche du Cèdre de l’Atlas, du Vetiver, du Patchouli par exemple, donc on peut légitimement soupçonner des propriétés intéressantes sur la circulation sanguine et lymphatique (phlébotonique). Avec ces huiles essentielles-là, on a également une action apaisante, calmante (voire planante si l’on en croit les adeptes du Patchouli) avec une action sur le système nerveux. N’oublions pas la discrète mais néanmoins essentielle présence d’acides ! Plutôt rares dans nos HE, ils sont extrêmement intéressant en cas de douleurs. On aura donc des propriétés antalgique et anti-inflammatoires. Les azulènes sont responsable de la stimulation ovarienne d’après Faucon, ce qui nous donne une raison de plus de l’éviter quand on est enceinte. Mais comment ça des ZAZULENES, ils sont où ? Eh bien, je n’ai pas tout de suite fait le rapprochement, mais il y a bien dans les sesquiterpènes présents des dihydro-azulènes. Ca doit nous faire penser au chamazulène de la Camomille matricaire qui lui donne cette belle couleur bleue mais aussi et surtout ses merveilleuses propriétés antihistaminiques. Et la réponse est oui, notre huile essentielle de Nard est bien antiallergique et antiprurigineuse. Mais ça ne donne pas une couleur bleue.. mais verte ! Voilà vous saurez tout, tout sur le jatamansi, le vrai, le faux, le laid, le beau. Hum… voilà j’ai Pierre Perret dans la tête merci bien.

huile-essentielle-nard-himalaya

Utilisation de l’huile essentielle de Narde (oui on peut dire comme ça aussi)

Diffusion

Alors, vu le prix de cette huile essentielle pas vraiment bon marché, on va plutôt opter pour une olfaction au flacon ou sur un support que d’en mettre 10 gouttes dans un diffuseur pour embaumer toute la maison. Alors vous allez me dire, Marie-Madeleine, elle n’a pas hésité à casser la tirelire… mais c’est pas une raison ! D’ailleurs, pour profiter de la préciosité de cette huile essentielle à grosso-modo 50€ les 5ml (10€ les 20 gouttes… vous êtes sûr de toujours vouloir la diffuser comme sent-bon? C’est une plante qui tend à se faire rare : à utiliser dans le respect), on peut l’utiliser dans un parfum, c’est une bonne note de fond et même un fixateur. Par cette voie atmosphérique, on va essentiellement profiter de son action calmante, relaxante, méditativante (je viens de l’inventer).

Voie orale

Je n’ai pas trouvé d’utilisation par cette voie. Je ne pense pas qu’elle soit contre-indiquée, juste saugrenue.

Voie cutanée

Là on arrive au cœur du sujet. Oui, c’est par cette voie que tout se passe. Diluée bien évidemment. Si votre propre sécurité n’est pas un sujet, peut-être que le respect du produit et la raréfaction de la ressource sera un argument plus tangible ? Ou le prix pardi ! On l’utilise une goutte par une goutte, là, voilà.

En cas de tachycardie, d’arythmie cardiaque, de palpitations ou d’hypertension, notamment avec le stress et l’anxiété, on peut l’utiliser en massage, notamment sur la zone du cœur. En fait, elle est équilibrante et on peut même l’utiliser en cas inverse: hypo-tension.

Pour l’insuffisance ovarienne, c’est la zone du bas-ventre et le bas du dos que l’on va pouvoir masser.

huile-essentielle-paix-anxiete

Pour tout ce qui est trouble veineux, varices, hémorroïdes, on a va pouvoir l’appliquer localement, mais très sincèrement, je testerai une HE moins coûteuse (Géranium rosat, Patchouli…), ou je la mélangerai à d’autres dans une synergie à cet effet. De même, pour toutes ses utilisations sur les allergies cutanées, et les dermatoses dues au stress, le psoriasis, oui pourquoi pas mais là encore, est-ce le choix le plus logique ? On peut se faire plaisir en l’ajoutant à une synergie composée d’huiles essentielles moins nobles ou si l’on voit que notre synergie n’est pas aussi efficace que l’on voudrait, en deuxième intention. Son action peut être mise à contribution en cosmétique où on va avoir des dosages de 0,5%, 1% notamment pour la repousse des cheveux. Oui, oui, au Népal c’est un de ses usages communs !

Je vois pourtant un deuxième cas (en plus de son action sur le système nerveux) où y avoir recourt est particulièrement intéressant (et noble). C’est l’accompagnement des personnes en fin de vie, et notamment présentant des douleurs qui ne sont pas ou peu soulagés par les médicaments conventionnels. Dans ce cas, les huiles essentielles à acides (elles sont tirées des bois et des résines) peuvent faire des merveilles. Et leur action va bien au-delà de la sphère physique en apportant de l’apaisement et la sérénité nécessaire au passage. On va alors chercher les deux : l’action sur le corps et l’action émotionnelle et éventuellement énergétique de cette essence.

Aromathérapie énergétique de l’huile essentielle de Nard de l’Himalaya

he-nard-jatamansi

Comme ses consoeurs précieuses (oliban, myrrhe…), elle a la réputation d’harmoniser l’ensemble des chakras. Elle connecte l’énergie de la Terre au Ciel et pour cela elle est associée au chakra racine et au chakra couronne. D’ailleurs, l’histoire de Marie-Madeleine essuyant le Nard des pieds de Jésus avec ses cheveux est particulièrement symbolique à cet égard ! Cette essence sacrée qui servait à consacrer les prêtres dans l’Antiquité n’a pas perdu de son aura mystique. Elle apporte une immense paix, aide à se recentrer, à s’accepter et à reconnaître la présence du divin. En Inde, « jatamansi » signifie « esprit incarné ». Le Nard nous rappelle notre essence divine, notre Unité, développe notre conscience. Elle aide à lâcher prise et à passer les deuils et les difficultés en gardant une ouverture du cœur. En cas de choc, on peut appliquer une goutte sur Anahata, le chakra du cœur qui est d’ailleurs associé à la couleur verte (comme l’huile essentielle de Nard!).

 

Cadeau: la fiche mémo sur l’huile essentielle en format pdf

ficheHE66-nard

Recherches utilisées pour trouver cet article:https://planteessentielle lt acemlna com/Prod/link-tracker?redirectUrl=aHR0cHMlM0ElMkYlMkZwbGFudGUtZXNzZW50aWVsbGUuY29tJTJGaHVpbGUtZXNzZW50aWVsbGUtZGUtbmFyZC1kZS1saGltYWxheWEtZW4tZGlyZWN0LWRlLWxhLWRlbWV1cmUtZGVzLWRpZXV4JTJG&a=65938562&account=plan

    6 replies to "Huile essentielle de Nard de l’himalaya : en direct de la demeure des dieux"

    • Paloma

      Merci, très intéressant vos informations sur les huiles essentiels

    • NATHALIE FEE

      Bonjour Cécile, merci pour cette découverte que je vais m’empresser de tester. Belle journée à vous.

    • Seco Pascale Gerard

      J’aime l’idée de la “touche ofactive”! Sur un bout de tissu? Synergies ou HE pure? J’ai perso essayé des synergies olfactives pour m’aider à mieux dormir… mais peu de résultats…

      • Cécile MAHE

        Oui, un bout de tissu, ou même en dépannage un morceau de papier (c’est mon agenda qui souffre en général de mes lubies aromatiques) mais ça s’évapore plus vite je trouve que par exemple sur un support en argile type poterie, ou même quelques billes d’argile ou un tesson de vieux pot en terre si on veut faire dans la récup. Synergie ou HE seule au choix, j’aime apprécier un seul parfum, l’intention est différente

    • Bebrone Murielle

      Bonjour Cécile, j’adore cette HE. Certaines personnes s’arrêtent aux premières notes olfactives un peu désagréable d’humus, boisée, terreuse. J’ai gardé une touche olfactive sur ma table de nuit pendant plus de 3 semaines. Parfois je me réveillais la nuit et je me demandais ” mais qu’est ce qui sent si bon?” c’était ce petit bout de papier qui me ravissait 🙂

      • Cécile MAHE

        Bonjour Murielle, merci pour ce complément olfacto! Je vais tenter l’expérience :p

Leave a Reply to Bebrone Murielle Cancel Reply

Your email address will not be published.